colère hôte reconnu coupable de menaces – .

colère hôte reconnu coupable de menaces – .
colère hôte reconnu coupable de menaces – .

Le ton plus dur en politique n’est pas sans conséquences, estime Simonetta Sommaruga. Les mesures corona en particulier ont chauffé de nombreux esprits. Un animateur qui agitait contre Alain Berset vient d’être condamné.

Kari Kälin / média ch

Le conseiller fédéral Alain Berset lors d’une conférence de presse pendant la pandémie de corona.Image : clé de voûte

Mercredi 8 septembre 2021 : Le Conseil fédéral annonce que l’obligation d’avoir une attestation s’appliquera dans les restaurants à partir de lundi prochain. La nouvelle de Berne enragea un aubergiste qui travaillait alors dans le canton de Nidwald. Le même jour, il crée une vidéo selfie avec son smartphone.

Il y dénigrait le ministre de la Santé Alain Berset comme une « putain de l’industrie pharmaceutique » et poursuivait : « Maintenant, il n’y a plus de discours politique. C’est assez. Je ne viendrai jamais en Suisse centrale. Si j’étais toi, je ne quitterais pas la maison. C’est très, très dangereux pour toi maintenant. L’aubergiste fulminait à propos des personnes munies de fusils de sniper qui pourraient guetter le conseiller fédéral.

La tirade, qui a donné à l’homme le titre d’« hôte de la colère » dans les médias, a désormais des conséquences pénales. Le parquet fédéral l’a condamné à une amende de 2 000 francs avec une période d’essai de deux ans – pour menaces et diffamation. Les frais d’amende et de procédure s’élèvent à 800 francs.

L’homme a envoyé la vidéo via Whatsapp à au moins deux personnes qui l’ont partagée sur diverses plateformes de médias sociaux. C’est devenu viral. Dans le message menaçant, l’aubergiste Berset a également averti: “Soyez prudent lorsque vous conduisez Trämmli.”

Protection personnelle lors de nombreuses représentations

La Suisse est fière que les conseillers fédéraux voyagent encore en tram et en bus. C’est ce qu’a dit Simonetta Sommaruga lorsqu’elle a annoncé sa démission mercredi. C’est – le message de l’hôte de la colère dit bonjour – mais seulement la moitié de la vérité. “Nous avons une sécurité personnelle pour de nombreuses performances aujourd’hui.” Faire de la politique est devenu plus rude ces dernières années. Vous devez être conscient que cela a aussi un effet – sur le climat de notre pays.

Il y a un an, la ministre de la Justice Karin Keller-Sutter déclarait dans une interview à CH Media : « Il faut apprendre un peu à gérer le fait que les conseillers fédéraux ne peuvent plus se déplacer aussi librement qu’avant. Elle espère que cela ne deviendra pas permanent. « Nous devons défendre notre culture.

Keller-Sutter : Les conseillers fédéraux ne peuvent plus se déplacer aussi librement qu’avant.Image : clé de voûte

La culture en Suisse est-elle en train de s’effondrer dans laquelle les parlementaires, les conseillers de gouvernement et les conseillers fédéraux peuvent se déplacer librement ? Le fait est que Corona marque une ligne de faille. D’innombrables combats haineux de boxe verbale sur les réseaux sociaux, par exemple, en témoignent. Pendant un certain temps, pas un seul membre du gouvernement de l’État n’a voyagé dans les transports publics sans escorte policière.

Lors des apparitions publiques, telles que les podiums de vote, la protection policière des conseillers fédéraux est la norme. En fonction de la situation de menace, Fedpol définit également des mesures préventives pour les parlementaires fédéraux ou les personnes exposées au sein de l’administration fédérale. Il peut s’agir de conseils généraux de sécurité ou de protection personnelle.

Plus de 1000 menaces signalées

Le ton rude et les débats haineux en politique ne sont pas exclusifs au 21e siècle. Ce qui est relativement nouveau, cependant, c’est que les insultes, les menaces et les haineux peuvent atteindre un public de masse dans l’espace numérique. Il ne faut pas négliger l’effet des médias sociaux, déclare Dirk Baier, directeur de l’Institut pour la délinquance et la prévention du crime à l’Université des sciences appliquées de Zurich.

Les voix fortes et agressives sont plus susceptibles d’être entendues. Et:

“Vous vous bercez et êtes plus disposés à faire des déclarations que vous ne feriez jamais face à face.”

L’échange entre personnes partageant les mêmes idées stimule le franchissement verbal des frontières.

Le climat empoisonné se reflète également dans les statistiques. Alors que l’Office fédéral de la police (Fedpol) dénombrait 246 menaces contre des membres du Conseil fédéral, du Parlement fédéral et de l’administration fédérale en 2019, l’année précédant la pandémie, ce nombre est passé à 1215 l’an dernier. Dans 120 cas, le potentiel d’escalade était si grand que Fedpol a sonné à la porte des menaces pour attirer leur attention sur le comportement potentiellement criminel, leur a envoyé une soi-disant «lettre de dessin à la frontière» ou a immédiatement déposé une plainte pénale. “C’est ainsi que ces personnes sont sorties de l’anonymat numérique dans la réalité”, explique une porte-parole de Fedpol.

Moins de menaces ont été signalées à Fedpol depuis la levée des mesures corona. “Mais leur contenu reste préoccupant”, précise une porte-parole. D’autres questions polarisantes telles que la politique des réfugiés ou le manque d’électricité alimentent déjà le climat rigoureux. Et comme s’il fallait une preuve du “ton plus dur” déploré de Sommaruga, deux représentants du SVP l’ont accusée sur Twitter que l’état de santé de son mari n’était qu’un prétexte pour démissionner.

Retour sur l’hôte de la colère : Le « Nidwaldner Zeitung » lui a parlé en septembre dernier. Il n’a pas menacé Berset qu’il devrait faire attention à cause de lui personnellement. Il a défendu que la vidéo avait été diffusée sans son consentement. Ces arguments ne l’ont pas protégé des conséquences juridiques. L’ordonnance pénale indique qu’il a promis à Berset de le tuer. Et: “Cette menace est capable d’effrayer même une personne pondérée.” (bzbasel.ch)

Vous serez également intéressé par :

Tags: Vidéo haine discours Conseiller fédéral Conseiller Berset colère hôte condamné menaces

Tags: colère hôte reconnu coupable menaces

NEXT Frein sur le prix de l’électricité – vous économisez vraiment autant – économie – .