Schuster met en garde contre la fin de la mémoire des atrocités nazies – .

Schuster met en garde contre la fin de la mémoire des atrocités nazies – .
Schuster met en garde contre la fin de la mémoire des atrocités nazies – .

président dr Josef Schuster (Photo : Thomas Lohnes pour le Conseil central des Juifs)

Münich – Le président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, Josef Schuster, met en garde contre la suppression de la mémoire de l’extermination des Juifs et des horreurs de l’ère nazie. Selon un récent sondage, 49 % des Allemands aimeraient tirer un trait sur le passé nazi, rappelait-il dans un article invité pour le « Süddeutsche Zeitung » (mercredi) le 9 novembre : « Je recommanderais fortement à ces personnes de s’occuper de a Shoah – Rassembler les survivants. Certains d’entre eux sont encore en vie. Et leurs traumatismes se répercutent encore chez leurs enfants et petits-enfants et ne se seront pas non plus estompés chez leurs descendants.

“Sans une culture vivante du souvenir, il n’y a pas de culture démocratique en République fédérale d’Allemagne”, a ajouté Schuster. C’est à la société tout entière qu’il appartient de préserver et de développer la mémoire : « Bientôt il n’y aura plus de témoins contemporains. Dans le même temps, le nombre de personnes qui n’ont aucun lien biographique avec l’ère nazie augmente. Rien de tout cela ne facilite la mémorisation responsable.

Schuster a écrit à propos d’un « changement de paradigme » en Allemagne : « La mémoire de l’Holocauste est sujette à discussion. » Des coïncidences calendaires y contribuent également, par exemple que la chute du Mur en 1989 a également eu lieu le 9 novembre, jour des pogroms de novembre 1938 marquant le « début de la fin de la vie juive en Allemagne ».

2022 est un exemple du fait que la culture du souvenir est en danger de plusieurs côtés, a poursuivi Schuster. Entre autres choses, il a critiqué la lauréate du prix Nobel Annie Ernaux et l’ancien musicien de Pink Floyd Roger Waters, qui ont appelé à plusieurs reprises au boycott d’Israël. De plus, Israël, la seule démocratie du Moyen-Orient, est souvent diffamé comme un « projet colonialiste ».

La Documenta de Kassel a également montré “les représentations antisémites les plus répugnantes, financées par l’argent des impôts allemands”, a ajouté le président du Conseil central : “Dans mes pires cauchemars, je n’aurais pas osé imaginer que quelque chose comme ça serait possible plus plus de 75 ans après la barbarie nazie en Allemagne. Ce n’est pas seulement ce qui s’est passé à Kassel qui est effrayant, mais la façon dont cela a été géré.

Les attitudes anti-israéliennes et antisémites “ont depuis longtemps cessé d’être exceptionnelles sur la scène culturelle internationale”, a ajouté Schuster. En politique et dans les médias aussi, « les déclarations d’incendiaires intellectuels, comme Gauland et Höcke, à mon avis », se multiplient. De plus, la « persistance de l’AfD » signifie que « ce révisionnisme est également repris dans le camp bourgeois » et que des historiens de médias connus, par exemple, réclament un « droit à l’oubli ».

Le président fédéral Frank-Walter Steinmeier et le Conseil central des juifs ont organisé mercredi une conférence intitulée « Comment nous souvenons-nous du 9 novembre ? Une journée entre pogrom et réveil démocratique » au château de Bellevue. Le président du Conseil central, Josef Schuster, des historiens et des politologues veulent débattre de la manière dont les journées de commémoration peuvent être couronnées de succès en Allemagne et de la manière dont la culture du souvenir doit être développée davantage.

boîte

Tags: Schuster met garde contre fin mémoire des atrocités nazies

PREV combien coûte une tonne le 6 décembre – .
NEXT Frein sur le prix de l’électricité – vous économisez vraiment autant – économie – .