qui est bien reçu – .

  1. Page d’accueil
  2. local
  3. quartier de Diepholz
  4. whoa

Établi: 01/01/2023, 04:50

De: Étape Sigi

Diviser

Adnan Mayhoub (56 ans) de Kirchweyhe © Sigi step

Weyhe – Le marchand Adnan Mayhoub de Kirchweyhe ne vend pas de pièces pyrotechniques pour son marché de Rewe. Cela s’applique non seulement à cette année, mais aussi aux années à venir, et c’est un sujet de conversation dans la communauté de Weyhe. Lors des récentes discussions sur le parking, Adnan Mayhoub explique pourquoi il n’a délibérément pas commandé de roquettes et de pétards au siège de Rewe.

«Vous pouvez apprendre de Corona», dit-il. Pendant la pandémie, il était important d’éviter les pétards le soir du Nouvel An afin de ne pas alourdir davantage les salles d’urgence meurtries par d’éventuelles blessures pyrotechniques majeures. Le commerçant donne d’autres raisons pour lesquelles il est contre une vente. Il n’y a certainement guère d’appartement à Weyhe sans animal. Il y a aussi des animaux sauvages. “Ils souffrent tous des coups.”

Adnan Mayhoub : “Je veux montrer l’exemple”

Mayhoub voulait « donner l’exemple ». Cependant, personne ne devrait être traité avec condescendance. “J’accepte toutes les opinions”, dit-il. L’abandon des ventes par le biais de crackers du Nouvel An n’est pas seulement une décision qui a quelque chose à voir avec la responsabilité envers les personnes, l’environnement et les animaux, mais aussi une attitude. Pour cela, il est célébré sur les réseaux sociaux et sur le parking.

Le concurrent de l’autre côté s’appuie sur les feux d’artifice. Même lorsqu’il pleut, certains acheteurs poussent encore des caddies entiers remplis de roquettes, de batteries et autres du supermarché Aldi en direction de leurs voitures. Adnan Mayhoub le voit sereinement. « Je ne pourrai pas sauver le monde tout seul », dit-il. Il souhaite que d’autres commerçants suivent son exemple.

Rudolf Dyk : “Je suis contre les pétards”

« Je suis contre les pétards », déclare Rudolf Dyk. L’homme de 72 ans dit qu’il est remarquable que le magasin Kirchweyher Rewe ne réalise aucune vente. Il félicite Mayhoub pour sa décision. “Quiconque veut vraiment faire un bang se rend de toute façon à Bremerhaven et y fait le plein de voiture.”

Dyk critique le fait que de nombreux bruiteurs ne nettoient pas les espaces publics de leurs déchets. Le Kirchweyher souhaite que les municipalités désignent des endroits où aucun feu d’artifice du Nouvel An ne peut être allumé.

Rudolf Dyk (72 ans) de Kirchweyhe © Sigi step

Dans la discussion sur les crackers du Nouvel An, les intérêts des enfants et des adultes malades ne sont pas pris en compte, dit-il. Ces groupes de personnes souffriraient à la fois du bruit et des particules.

dr Bernd Falke (78) de Leeste © Sigi step

Dr Bernd Falke : « Si vous allumez un feu, vous respirez immédiatement quelque chose »

Bernd Falke, qui a un doctorat en médecine, peut comprendre l’attrait de la claque. “J’étais moi-même pyromane”, dit-il avec un sourire. “Quand j’étais à l’école, je construisais des fusées.” Cependant, il avait depuis longtemps changé d’avis. “Si vous l’allumez, vous inhalez immédiatement quelque chose”, dit-il. Ce qu’il veut dire : « Poussière fine et plastique brûlé, microplastiques. Dans certaines conditions météorologiques, lorsque la couverture nuageuse est fermée, la fumée met longtemps à se dissiper. C’est tout sauf sain d’inhaler le truc. Le bruit est tout aussi stressant pour les humains que pour les animaux, explique le médecin. L’interniste estime que ces réfugiés traumatisés en particulier qui ont tourné le dos à une guerre se souviendraient du déclencheur de leur fuite par ce bruit spécifique du réveillon du Nouvel An. Cela s’applique particulièrement aux enfants. Falke n’arrivait pas à comprendre qu’ « en Europe on fait exploser 120 millions d’euros à grand bruit ». De plus, lorsqu’ils sont ivres, de nombreux propriétaires de pièces pyrotechniques deviennent négligents. Conséquences désastreuses possibles : perte de membres et possible perte de la vue. Ainsi, lorsqu’un détaillant comme Adnan Mayhoub, marchand de Rewe, dit qu’il ne vend plus de pétards, c’est un bon pas dans la bonne direction, se félicite le médecin.

Thomas Ballmert : Le cœur dit pétards

Il n’a pas tiré depuis deux ans, et maintenant Thomas Ballmert de Kirchweyhe a acheté des batteries et des roquettes. Mais il était “ambitieux”, se remémore-t-il. La tête voit la pollution de l’environnement causée par la combustion des pièces pyrotechniques, le cœur dit : tirez. Son compromis : il a acheté deux batteries et deux fusées à Aldi. « Ce n’est pas une somme énorme », dit-il.

Comment fête-t-il le Nouvel An avec des pétards ? “Nous sortons ponctuellement à minuit, portons un toast aux voisins et laissons les fusées monter avec nos souhaits.” Au bout d’une demi-heure tout est fait, puis lui et sa famille se dirigent vers l’appartement chaleureux.

Par étape Sigi

Thomas Ballmert (50 ans) de Kirchweyhe
Thomas Ballmert (50 ans) de Kirchweyhe © Sigi step

Étiquettes : Rewe Kirchweyhe vendre pétards feux d’artifice reçu

Tags: qui est bien reçu

PREV La femme a ses règles depuis 83 jours – a besoin d’une transfusion sanguine – santé – .
NEXT Jeunes Ukrainiens envoyés du Tyrol à Moscou – Tyrol – .