A partir d’aujourd’hui, la Suisse a son mot à dire au Conseil de sécurité – .

A partir d’aujourd’hui, la Suisse a son mot à dire au Conseil de sécurité – .
A partir d’aujourd’hui, la Suisse a son mot à dire au Conseil de sécurité – .

La Suisse est membre du Conseil de sécurité de l’ONU depuis ce dimanche – pour la première fois, depuis deux ans et avec un siège non permanent. Le pays est représenté par l’ambassadrice de l’ONU Pascale Baeriswyl. La Suisse est membre des Nations Unies depuis 20 ans. La chose la plus importante à propos de l’organe politique le plus puissant du monde en bref :

TÂCHES: L’Assemblée générale de l’ONU a confié au Conseil de sécurité la « responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales ». Bien que les résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies ne soient pas contraignantes, le Conseil de sécurité a le pouvoir d’adopter des résolutions auxquelles tous les pays membres de l’ONU doivent adhérer. Selon la Charte des Nations Unies, l’organe doit se réunir au moins tous les 14 jours.

Étant donné que les mandats et les missions de maintien de la paix s’éternisent souvent pendant des décennies et que de nouvelles résolutions sont ajoutées, des réunions ont lieu presque tous les jours aujourd’hui – souvent sur plusieurs sujets. Il ne s’agit pas seulement de conflits militaires. Alors que le changement climatique et les crises énergétiques sont de plus en plus perçus comme une menace pour la sécurité internationale, le Conseil de sécurité se penche de plus en plus sur les questions de durabilité.

OBLIGATIONS: La Suisse a plus de travail à faire en tant que membre du Sicherheit, et en même temps elle peut étendre son réseau et ses contacts directs avec les grandes puissances. Elle peut proposer des solutions plus facilement que si elle n’est pas membre. La Suisse ne contracte aucune obligation supplémentaire. Tous les États de l’ONU doivent se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité, pas seulement les membres du Conseil.

ENGAGEMENT: Le Conseil fédéral veut fixer quatre priorités au Conseil de sécurité de l’ONU en 2023 et 2024. L’objectif est de promouvoir une paix durable, de protéger la population civile, de lutter contre la sécurité climatique et d’accroître l’efficacité.

DES OPÉRATIONS MILITAIRES: Le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies décrit les mesures à prendre si le Conseil de sécurité identifie une menace à la paix mondiale. Lorsque toutes les mesures non violentes – telles que les sanctions – ont été épuisées, le Conseil a également le pouvoir d’utiliser les forces aériennes, maritimes ou terrestres pour maintenir la paix. Pour cela, il peut également s’appuyer sur les forces armées fournies par les États membres de l’ONU qui le souhaitent. La Suisse ne peut être contrainte de fournir des troupes.

NEUTRALITÉ: La Suisse jouit d’une grande crédibilité auprès des Nations Unies. Leurs avancées sont généralement largement soutenues. Les États partageant les mêmes idées s’attendent à ce que le pays s’implique au Conseil de sécurité après vingt ans d’adhésion à l’organisation. Avant elle, d’autres États neutres et non alignés comme l’Autriche, la Suède et l’Irlande faisaient déjà partie du panel. La Suisse peut s’abstenir de voter si elle voit sa neutralité menacée.

POLITIQUE INTÉRIEURE: La candidature de la Suisse au Conseil de sécurité de l’ONU a fait polémique au niveau national. L’UDC, par exemple, l’a rejeté. Les opposants ont fait valoir que puisque le Conseil décide de la guerre et de la paix, un membre ne peut pas rester neutre. Par son appartenance à l’éminent conseil, la Suisse est exposée à la pression des grandes puissances, sous laquelle elle menace de « fléchir ».

La Suisse a également subi à plusieurs reprises des pressions en dehors de l’ONU – au cours des 25 dernières années, par exemple, dans des différends juridiques avec les États-Unis sur des questions foncières et fiscales, ou plus récemment dans la guerre d’Ukraine avec la Russie.

POUVOIRS DE VETO: Les cinq membres permanents du conseil sont les puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale : la France, la Grande-Bretagne, la Russie, les États-Unis et la Chine. Ces états ont un droit de veto avec lequel toute résolution peut être arrêtée. Alors que la France et la Grande-Bretagne utilisent rarement leur veto, la Chine et la Russie bloquent souvent le conseil. Mais les États-Unis aiment aussi utiliser le droit de veto.

Plus récemment, les pouvoirs de veto ont été tenus par une résolution de l’Assemblée générale d’expliquer leur décision d’opposer leur veto à l’Assemblée générale. La tâche ne sera pas facile pour la délégation suisse : le Conseil de sécurité est profondément divisé après l’invasion russe de l’Ukraine.

ATTRIBUTION DES SIÈGES: Le Conseil de sécurité de l’ONU est composé de 15 nations. Dix États sont membres non permanents et siègent au Conseil pendant deux ans seulement. L’ONU est divisée en cinq groupes régionaux. Chaque groupe a deux membres non permanents du conseil. La Suisse avait posé sa candidature dans le groupe des « pays d’Europe occidentale et autres ».

PERSONNEL: Les nations sont normalement représentées au Conseil de sécurité par les ambassadeurs respectifs de l’ONU à New York. Pour la Suisse, il s’agit de Pascale Baeriswyl, ancienne secrétaire d’État au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Elle connaît le fonctionnement du Conseil depuis qu’elle a été chef de l’équipe politique de la mission suisse auprès des Nations Unies à New York de 2008 à 2013.

Lors de sessions extraordinaires, les ministres des affaires étrangères prennent parfois en charge la représentation. On se souvient, par exemple, de l’apparition en 2003 du secrétaire d’État américain de l’époque, Colin Powell, pour promouvoir une mission de l’ONU en Irak. On n’oublie pas non plus le blocage d’une intervention de l’ONU en Syrie par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en 2012.

Tags: partir daujourdhui Suisse son mot dire Conseil sécurité

PREV La parole est d’or, le silence est d’argent – .
NEXT la police enquête sur des collègues – .