Le CPT pointe une augmentation de 150% du nombre de meurtres dans les campagnes jusqu’en octobre – .

Le CPT pointe une augmentation de 150% du nombre de meurtres dans les campagnes jusqu’en octobre – .
Le CPT pointe une augmentation de 150% du nombre de meurtres dans les campagnes jusqu’en octobre – .

La Commission pastorale foncière (CPT) a recensé cette année, jusqu’au 5 octobre, 33 meurtres dans les campagnes, dont 25 au seul premier semestre. Cinq femmes ont été assassinées et c’est le nombre le plus élevé enregistré depuis 2016. Environ 30% des meurtres qui ont eu lieu en 2022 sont liés au pistolage, qui est l’embauche d’un tueur professionnel pour exterminer un groupe ou une personne. C’est le pourcentage le plus élevé depuis 2018.

Selon le Centre de documentation Dom Tomás Balduíno du CPT, après le pic de 2020, lorsque 60 % des meurtres étaient liés à l’invasion de territoires, cette année, ce pourcentage a atteint 16 %, la deuxième proportion la plus élevée de cette période.

Sur les 158 territoires où des meurtres ont eu lieu entre 2016 et 2022, dans au moins 46 % des cas, des coups de feu ont été commis au cours de la même période. De plus, près d’un quart des meurtres recensés ont eu lieu dans des territoires menacés d’expulsion judiciaire.

Les enfants et les adolescents sont devenus la cible de ce type de violence sous le gouvernement de Jair Bolsonaro (PL). De 2019 à 2022, 7 enfants et adolescents ont été tués dans le camp. Parmi ceux-ci, 4 étaient indigènes.

En ce qui concerne la violence dans les campagnes, au premier semestre 2022, 759 événements ont été enregistrés au Brésil, impliquant 113 654 familles. Sur ce total, 601 cas étaient dus à des conflits liés à la terre, 105 à des conflits liés à l’eau, 42 à des conflits de travail (41 cas de travail forcé et 1 cas de surexploitation), 10 à des conflits en période de sécheresse et 1 à une exploitation minière. Région.

Selon la pastorale, l’Amazonie légale représente plus de la moitié de tous les conflits ruraux enregistrés sur la période, avec 425 occurrences. Selon l’Institut de recherche économique appliquée (Ipea), l’Amazonie légale est une zone qui correspond à 59% du territoire brésilien et englobe la totalité de huit États – Acre, Amapá, Amazonas, Mato Grosso, Pará, Rondônia, Roraima et Tocantins – et une partie de l’état de Maranhão. De plus, selon l’IPEA, 56% de la population indigène brésilienne y réside.

Les conflits fonciers augmentent
Le nombre d’occurrences de conflits fonciers au premier semestre 2022 a augmenté de 5,44 %, sur la base de la même période l’année dernière. Au premier semestre 2021, 765 occurrences de conflits ont été enregistrées dans les campagnes, avec 124 226 familles impliquées, avec 570 incidents de conflits fonciers ; 134 conflits liés à l’eau et 61 conflits du travail. Il y a eu 549 occurrences de violences contre les familles et/ou les personnes, 19 d’occupations/reprises et 2 de campements.

Cette année, de janvier à juin 2022, sur les 601 épisodes de conflits fonciers, 554 ont fait référence à des violences contre les familles et/ou les personnes, 45 à des cas d’occupations/reprises et 2 à des campements.

La contestation foncière touche plus d’un tiers des autochtones (34,66%), suivis des quilombolas (23,1%), des sans terre (12,45%), des squatteurs et squatteurs (10,83%) et des sédentaires et sédentaires (8,3%), entre autres.

Selon le pasteur, parmi les causes de ces conflits, en tête des actions, figure le gouvernement Bolsonaro – avec plus d’un quart du pourcentage des violences commises -, suivi par les agriculteurs, les hommes d’affaires, les accapareurs de terres et les bûcherons.

Violence contre la famille/la personne
La violence à l’encontre des personnes est enregistrée dans tous les types de conflits couverts par les données du CPT – concernant la terre, l’eau et les droits du travail – ainsi que dans d’autres formes de conflits qui font partie de la vision du CPT sur les campagnes, telles que les problèmes de sécheresse et d’exploitation minière. La plupart des données sur la violence contre les personnes font référence à des conflits fonciers.

Les principaux types de violences faites aux personnes au premier semestre 2022 étaient les arrestations, représentant 16,82% du total, suivies des tentatives d’assassinat, avec 10,28%, des intimidations, avec 9,35%, et des menaces de mort, avec 9,35%.

violence contre les femmes
Au premier semestre 2022, le CPT a enregistré 74 femmes victimes de violences dans les conflits ruraux. Les principaux types de violence à l’égard des femmes au cours de cette période étaient les menaces de mort, avec 21,62 % du total, suivies par l’intimidation, avec 18,92 %, et la tentative de meurtre, avec 10,81 %.

Conflits travail/travail des esclaves ruraux
Des données partielles pour le premier semestre 2022 indiquent une tendance à la croissance des personnes libérées de la condition de travail analogue à l’esclavage, le plus grand nombre de personnes libérées au cours des 10 dernières années ayant été répertoriées sur cette période, 743 personnes. Ce nombre est supérieur de 4,5 % à celui enregistré à la même période en 2021, qui comptait le deuxième plus grand nombre d’affranchis au cours des dix dernières années. En ce qui concerne le nombre de cas de travail forcé, au cours du premier semestre 2022 (41), un nombre inférieur de 32,78 % a été enregistré par rapport à la même période de 2021 (61).

Les principales activités économiques dans lesquelles ce type de conflit a été pris au cours des six premiers mois de 2022 étaient : l’eucalyptus, le charbon de bois, la canne à sucre et le soja. En comparant les travailleurs dans la plainte de travail forcé rural, nous avons constaté une augmentation de 5,35 % en comparant le premier semestre 2022 (850) à 2021 (807).

Accédez au rapport complet du CPT ici

Par Andes-SN

Tags: CPT points augmentation nombre meurtres campagne octobre

Tags: CPT pointe une augmentation nombre meurtres dans les campagnes jusquen octobre

PREV “Leclerc n’a rien à voir avec le départ de Binotto, Ferrari sait déjà qui doit être le remplaçant” – .
NEXT Les pompiers de Brusque continuent de rechercher l’éventuel corps d’un homme tombé avec une voiture dans la rivière – .