Si ce n’est pas Trump qui klaxonne, c’est Musk, et leurs bêtises commencent à se chevaucher – .

Si ce n’est pas Trump qui klaxonne, c’est Musk, et leurs bêtises commencent à se chevaucher – .
Si ce n’est pas Trump qui klaxonne, c’est Musk, et leurs bêtises commencent à se chevaucher – .

Si quelqu’un sur cette planète mérite nos encouragements, c’est bien Elon Musk. Ne laissez personne gêner SpaceX dans sa quête de la fin du ciel, car plus vite son inspirateur tourne autour du soleil dans une Tesla, mieux c’est. Rond et rond et rond, jusqu’à ce que finalement même pour Mansa Muska quelque chose, puis quelque chose d’aussi banal que l’air, s’avère inestimable – en supposant qu’une météorite n’ait pas testé les airbags auparavant.

Ne sois pas insupportable, mais sois loin de moi.

Comme les ténias, je transporte toujours des amis qui voient en Musk un génie, un prophète, et pas seulement le fils bizarre d’un exploitant de mine d’émeraude. Tu es tellement plus brillant avec un compte en banque gonflé. Même si vous ne faites que dire des bêtises.

Même si vous avez un mot de passe en tant que fille, peut-être par dépit parce que votre propre nom sonne comme une bribe malheureuse dans le sac du Scrabble. Même si vous avez une vie privée carrément bizarre, avec des jumeaux et des triplés sur commande, avec encore un autre jumeau qui est tombé d’un employé un mois avant votre relation fluide avec une chanteuse qui s’est fait opérer les oreilles pour ressembler à un elfe a donné naissance à un autre enfant, que vous avez ensuite affublé d’un énième prénom digne d’une série Netflix. Emma est assez bonne pour la moitié de la Flandre, mais pas pour Elon Musk.

Si ce n’est pas Trump qui klaxonne, c’est lui, et leur bêtise commence à montrer un terrain d’entente. Comme deux flaques de diarrhée qui s’infiltrent ensemble. Votez pour les républicains, a crié le milliardaire de la technologie et le seul homme au monde dont la figure de cire chez Madame Tussauds a modelé pour lui. Comme c’est terriblement prévisible, un connard riche de droite. Vingt ans à vivre dans le battage médiatique de la Silicon Valley, puis, quand vous n’avez vraiment plus envie d’être considéré comme un simple mortel, déménagez au Texas, où vous n’avez pas à payer d’impôts. L’homme le plus riche du monde. Deux cents milliards d’euros. Pas d’impôts.

Il a des factures de gaz à payer.

Avec un Congrès républicain d’un côté et un président démocrate de l’autre, il y a équilibre, dit-il, et il n’y a pas d’excès. Acheter des excès comme Twitter pour protéger la liberté d’expression, puis en refuser l’accès aux voix critiques et aux comédiens ? Des excès comme effacer la frontière entre les vraies et les fake news en faisant payer les ticks bleus ? Ou des excès tels que laisser Poutine vous chuchoter des propositions de paix et menacer de rendre votre système Starlink indisponible pour l’Ukraine à moins que les États-Unis ne le paient ?

Un prophète a le monopole de la sagesse, Musk seulement de l’argent.

Étiquettes : Trump whos klaxonnant Musk sottise commençant chevauchement

PREV Adesanya blâme ses rivaux pour les combats «ennuyeux» et espère que Poatan «tentera» de le battre à l’UFC 281 – .
NEXT L’indice BDR s’envole de plus de 9 % avec une combinaison d’actions haussières à New York et d’une progression de 4 % du dollar – .