En Chine, la pandémie de Covid bouscule les prix à la production – .

En Chine, la pandémie de Covid bouscule les prix à la production – .
En Chine, la pandémie de Covid bouscule les prix à la production – .

Pékin (AFP) – Les prix à la production en Chine ont connu en octobre leur première baisse depuis 2020, ont montré mercredi des chiffres officiels, indiquant une baisse de la demande dans la deuxième économie mondiale en raison des restrictions sanitaires imposées pour lutter contre la pandémie.

La Chine, qui a été le premier pays touché par la pandémie de COVID-19, est la dernière grande économie à adopter une stratégie anti-épidémique stricte, notamment en raison du faible taux de vaccination des personnes âgées.

Cette politique sanitaire prévoit des examens quasi quotidiens de la population et l’imposition d’une quarantaine obligatoire aux personnes confirmées infectées par l’épidémie, voire d’un isolement dès l’apparition des blessures.

Ces mesures, qui entraînent un coût économique et génèrent un grand état d’incertitude, sont considérées comme un obstacle à l’activité économique et à la consommation.

La Chine connaît également une crise sans précédent dans le secteur immobilier, qui a toujours été un important moteur de croissance.

Dans ce contexte, l’indice “BPI”, qui mesure le coût des marchandises à leur sortie d’usine, a baissé le mois dernier de 1,3% sur une base annuelle, selon le Bureau national des statistiques.

C’est la première fois depuis décembre 2020 que cet indicateur passe en territoire négatif.

En septembre, les prix ont de nouveau augmenté de 0,9 % sur un an, mais au rythme le plus faible depuis 2021.

Lorsque cet indicateur est en territoire négatif, il reflète généralement la faiblesse de la demande et les faibles marges des entreprises.

Hausse du prix de la viande de porc

“Les prix de production resteront négatifs pendant les prochains mois et la majeure partie de 2023”, a averti l’analyste Julian Evans-Pritchard de Capital Economics. Il a attribué cela au fait que les prix mondiaux des matières premières sont en baisse.

Pour illustrer, le coût de l’extraction du charbon a chuté de 16,5% en glissement annuel le mois dernier, selon le Bureau national des statistiques.

La Chine dépend fortement de ces combustibles fossiles pour alimenter ses centrales électriques.

Cela contraste fortement avec l’automne dernier, lorsque les coûts de production en Chine ont connu la plus forte augmentation en 25 ans en raison de la flambée des prix des matières premières.

En revanche, l’indice des prix à la consommation, principale mesure de l’inflation, a augmenté en octobre de 2,1 % en rythme annuel, après 2,8 % le mois précédent.

Cette tendance s’explique en partie par la hausse des prix des produits alimentaires, notamment ceux du porc, qui ont bondi de 51,8 % en glissement annuel en octobre.

De mois en mois, le prix de ce type de viande le plus consommé en Chine est toujours en hausse de 9,4%, malgré l’intervention des autorités sur le marché pour freiner les prix.

Dans l’ensemble, la hausse des prix alimentaires s’est atténuée le mois dernier et “la faiblesse de l’économie a freiné l’inflation”, selon Evans-Pritchard.

Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, la Chine a été relativement épargnée par la hausse des prix alimentaires mondiaux.

Mais les autorités surveillent de près les prix du porc depuis que l’épidémie de peste porcine a anéanti les troupeaux chinois en 2019.

© 2022 AFP

Tags: Chine pandémie Covid bouscule les prix production

PREV L’équipe d’Al-Nshami affrontera les Espagnols (Al-Matador) aujourd’hui – .
NEXT Faisal Ali Al-Dabi/avocat – Soudaniel – .