le « Bill Gates de Mazamet » est-il devenu un escroc ? – .

le « Bill Gates de Mazamet » est-il devenu un escroc ? – .
le « Bill Gates de Mazamet » est-il devenu un escroc ? – .

l’essentiel
Un Tarnais de 26 ans est poursuivi pour avoir escroqué des dizaines de clients attirés par les investissements en bitcoins de près de 2 millions d’euros.

Corentin Decaen est-il passé d’un génie de l’informatique, qualifié même à un moment de futur Bill Gates, à un escroc ? C’est ce qu’a dû décider le tribunal correctionnel de Castres. Mais le procès de ce Mazamétain de 26 ans, poursuivi notamment pour escroquerie, abus de confiance, faux chèques et blanchiment d’argent, a été reporté au 20 juin 2023. Au grand dam des nombreuses victimes qui avaient fait le déplacement voir le juge qui perd beaucoup d’argent.

L’homme est en effet accusé d’avoir escroqué plus d’une soixantaine de particuliers et quelques entreprises en leur proposant d’investir dans des cryptomonnaies, comme les bitcoins. Des investissements qu’il était censé faire croître. “Mais il n’a, en fait, jamais rien investi et utilisé l’argent de ses clients pour ses dépenses personnelles”, résume Me Caroline Levan, avocate d’une des victimes qui évoque un train de vie fastueux de Corentin Decaen qui louait des hôtels particuliers dans le Tarn, en Fiac par exemple, avec majordome privé, chauffeur et cuisinier.

Le prévenu vit désormais à… Tahiti

Mais les juges n’ont eu d’autre choix que de reporter ce volumineux dossier qui porte sur près de 2 millions d’euros de préjudice puisque le prévenu, qui vit désormais à Tahiti, venait d’être hospitalisé. « Il a fait une tentative de suicide en ingérant massivement des médicaments juste avant l’audience, explique la présidente Sandrine Lalande. La loi prévoit que le report est de plein droit pour raison médicale ».

Son père de 51 ans, également poursuivi dans cette affaire, était également absent, affirmant qu’il venait de retrouver du travail en Bretagne après des années de galère suite à l’entreprise de son fils, dont il se dit lui-même victime. “J’espère que ces globe-trotters de l’arnaque feront face à leur responsabilité”, a réagi le procureur.

Corentin Decaen a fait parler de lui en 2012 alors qu’il n’avait que 16 ans en créant une société informatique florissante à Mazamet intéressante même… Microsoft ! Et cet adolescent doué et ambitieux s’est rapidement fait une bonne réputation, devenant même conférencier national pour une fondation internationale, la Sapling Foundation, par laquelle sont passés Steve Jobs et Bill Gates.

Une entreprise de Dubaï aurait perdu un million d’euros

Mais la success story tourne court. Il aurait été abusé par des personnes qui auraient profité de son inexpérience dans le monde des affaires. Il créera néanmoins une nouvelle société W Bank à Albi, inspirée du compte bancaire Nickel. Là encore l’aventure tombe à l’eau. Et c’est à Saint-Sulpice que Corentin Decaen a lancé en 2014, avec son père, la société Bitcraft, présentée comme l’une des premières sociétés de conseil en investissements et placements financiers liés aux cryptomonnaies.

Les monnaies virtuelles échangées sur Internet, dont le représentant le plus connu est le bitcoin. « Nous ne préconisons pas un bitcoin qui enrichira la moitié du monde. C’est un moyen de faire un rendement et une plus-value intéressante, mais il y a aussi de gros risques de moins-values ​​et de volatilité, et c’est pour ça qu’un accompagnement est encore nécessaire » expliquait Corentin Decaen qui a embauché 5 personnes.

Des salariés, dont certains font désormais partie des victimes. “Il avait du charisme, il semblait maîtriser son sujet, il était sûr de lui, peut-être un peu trop avec le recul”, témoigne l’un d’eux qui, impressionné par le train de vie de son patron, avait décidé de lui confier 1 500 € à investir dans crypto-monnaie. Une somme qu’il n’a jamais revue. Sans oublier ses salaires payés avec des chèques sans provision avant la mise en liquidation judiciaire de l’entreprise en 2018 suite à l’enquête de la brigade financière.

D’autres clients aux quatre coins de la France ont perdu beaucoup plus. Certains ont investi des dizaines de milliers d’euros de leurs économies en espérant de juteux retours que Corentin Decaen leur aurait fait miroiter. Une entreprise basée à Dubaï aurait même perdu près d’un million d’euros.

S’il reconnaît des erreurs et s’étant vu trop beau, Corentin Decaen s’est toujours défendu d’être un escroc. Il n’aurait pas eu l’intention de faire du mal à toutes ses victimes et aurait juste eu les yeux plus gros que le ventre.

Tags: Bill Gates Mazamet estil devenu escroc