À la COP27, la planète est mise au défi de répondre enfin à l’urgence climatique mondiale – .

Jusqu’au 18 novembre, des délégués de près de 200 pays tenteront de donner un nouveau souffle à la lutte contre le réchauffement climatique, alors que les crises multiples et liées qui secouent le monde font craindre qu’il passe au second plan.

“Toutes les crises sont importantes, mais aucune n’a autant d’impact” que le réchauffement climatique, dont les effets dévastateurs “ne feront que s’aggraver”, a martelé dimanche Simon Stiell, patron d’ONU-Climat, lors de l’ouverture solennelle de la COP27.

>> Voir le reportage de 19h30 :

A la COP27, des engagements fermes sont attendus / 19h30 / 2 min. / hier à 19h30

Mais les engagements actuels des États signataires, même s’ils étaient enfin respectés, conduiraient à une augmentation de 5 à 10 % des émissions, plaçant le monde sur une trajectoire d’au mieux 2,4°C d’ici la fin du siècle.

Et avec les politiques actuelles, un +2,8°C catastrophique se profile, selon l’ONU. Toute annonce de réductions supplémentaires à Charm el-Cheikh sera donc scrutée de près.

Tout comme ceux de l’aide aux pays pauvres et souvent les plus exposés aux effets du réchauffement climatique, même s’ils n’y ont guère contribué, ayant un minimum d’émissions de gaz à effet de serre.

>> La COP27 entre espoirs et pessimisme, les explications de Pascal Jeannerat :

Explications de Pascal Jeannerat sur les espoirs suscités par la COP27 / 19h30 / 1 min. / hier à 19h30

Dans un geste que de nombreux militants espèrent plus que symbolique, les délégués de la COP27 ont décidé dès l’ouverture d’inscrire pour la première fois à l’ordre du jour officiel de la conférence l’épineuse question du financement des dégâts déjà causés par le réchauffement climatique.

Ils s’élèvent déjà à des dizaines de milliards de dollars et devraient croître fortement. Les pays vulnérables réclament un mécanisme de financement spécifique, ce que les plus riches rechignent à faire, craignant que leur responsabilité ne soit mise en cause et arguant que le système de financement climatique est déjà suffisamment complexe sans en rajouter une couche supplémentaire.

>> Entretien avec François Gemenne, politologue et co-auteur du dernier rapport du GIEC, dans Forum :

La COP27 s’ouvre à Charm el-Cheikh, en Égypte : interview François Gemenne / Forum / 9 min. / hier à 19h44

Le sommet se déroule avec deux grands absents. Le président chinois Xi Jinping ne viendra pas en Égypte, et son homologue américain Joe Biden, retenu par les élections de mi-mandat, passera rapidement à la COP le 11 novembre.

La COP27 n’aboutira pas à une décision, les discussions devraient se poursuivre jusqu’en 2024.

Tags: COP27 planète défi enfin répondre global climat urgence

Tags: COP27 planète est mise défi répondre enfin lurgence climatique mondiale