Une famille balkanique est accusée de trafic d’êtres humains dans le Jura bernois – rts.ch – .

Une famille balkanique est accusée de trafic d’êtres humains dans le Jura bernois – rts.ch – .
Une famille balkanique est accusée de trafic d’êtres humains dans le Jura bernois – rts.ch – .

Cinq hommes originaires des Balkans sont accusés d’avoir asservi des épouses en créant un climat de terreur dans leurs maisons familiales du Jura bernois. Le père et ses quatre fils doivent notamment répondre de traite des êtres humains, mariage forcé, viol et enlèvement.

Selon l’acte d’accusation de 34 pages, le père de 65 ans a arrangé le mariage de ses quatre fils en faisant venir des jeunes filles des Balkans dans le Jura bernois. Pour l’un d’eux, il a amené illégalement un mineur albanais issu d’une famille pauvre. Aux parents, il a promis une vie meilleure si elle épousait son fils. Une fois en Suisse, la jeune femme aurait été victime d’abus.

Le même scénario s’est répété grosso modo pour les trois autres jeunes femmes avec des mariages parfois traditionnels arrangés entre les familles. L’une des quatre victimes avait 14 ans. Comme elle ne voulait pas se marier dans ces conditions, la prévenue aurait donné 300 euros à ses parents.

>> Les coordonnées de Cédric Adrover dans le 12h45 :

Ouverture à Moutier, d’un procès où cinq hommes sont accusés de traite des êtres humains. Cedric Adrover a assisté à l’audience. / 12h45 / 1 min. / aujourd’hui à 12:45

Surveillé par une caméra

“J’ai peur pour mon avenir, je ne sais pas ce que l’avenir me réserve”, a déclaré l’une des quatre jeunes femmes à la cour collégiale. Assistée d’un interprète, cette mère de deux enfants a raconté en albanais son expérience avec son mari, avec qui elle est en instance de divorce, et avec le reste de la famille.

“J’ai été frappée par mon beau-père”, a déclaré la jeune femme d’une voix forte, l’accusant d’utiliser son mari pour utiliser son enfant comme moyen de pression. Elle estime qu’elle n’a jamais eu le libre choix et a fait l’objet d’une surveillance constante, citant une caméra cachée dans sa chambre.

Pas d’affrontement

L’audience devait se poursuivre avec l’audition des autres demandeurs. Illustration de la tension qui régnait dans le tribunal délocalisé pour l’occasion, les victimes âgées de 24 à 36 ans n’ont pas voulu être confrontées aux prévenus qui contestent les faits allégués. Les prévenus ont suivi l’audience depuis une salle attenante par visioconférence.

Selon l’acte d’accusation, le père a dit à ses fils dans la trentaine que les épouses devaient être violentes si elles ne leur obéissaient pas ou si elles refusaient d’avoir des relations sexuelles. Pour le ministère public, les cinq prévenus ont créé un climat de terreur, isolant complètement les victimes.

Menaces et coups

Les jeunes femmes ont été menacées de mort, battues et insultées, selon le ministère public qui affirme dans son réquisitoire que les prévenus ont agi intentionnellement et en commun dans le but d’asservir les victimes dans le but d’exploiter leur travail mais aussi les maris pour le but de l’exploitation sexuelle.

Les épouses devaient se consacrer « presque continuellement » aux tâches ménagères tant au domicile de leurs beaux-parents qu’au domicile conjugal. Elles n’osaient pas s’habiller comme elles le souhaitaient et devaient se soumettre à des relations sexuelles non consensuelles. L’un d’eux devait laver les pieds de son beau-père et d’un de ses beaux-frères chaque soir, selon l’acte d’accusation.

Les quatre fils doivent également répondre à des degrés divers de traite des êtres humains, de simples coups et blessures, de viols et pour certains d’entre eux de séquestration et de coercition. Les faits reprochés aux cinq prévenus se sont déroulés sur plusieurs années dans des villages du Jura bernois.

Verdict le 24 novembre

De peur de mourir, les victimes n’ont pas pu fuir pendant plusieurs années. C’est en 2019 que les quatre épouses parviennent à s’évader et portent plainte.

Le procès devrait durer toute la semaine. Le jugement est fixé au 24 novembre. En attendant, la présomption d’innocence prévaut.

ats/hkr

Tags : Balkan famille accusé humain trafic Bernois Jura rts .ch

Tags: Une famille balkanique est accusée trafic dêtres humains dans Jura bernois rts .ch

PREV Le « Grand Prix Humour et Politique » du Club de la Presse 2022 décerné à Fabien Roussel – .
NEXT Le prix du baril de WTI à son plus bas niveau de l’année – .