Veillées aux chandelles pour les victimes de la bousculade de Séoul – .

Veillées aux chandelles pour les victimes de la bousculade de Séoul – .
Veillées aux chandelles pour les victimes de la bousculade de Séoul – .

Une semaine après la bousculade dramatique à Séoul, des veillées aux chandelles et autres commémorations ont eu lieu samedi en Corée du Sud, à la mémoire des 156 personnes tuées, écrasées et asphyxiées dans un mouvement de foule pendant les vacances d’Halloween.

Mais en plus de la tristesse, la colère gronde en Corée du Sud après l’une des catastrophes les plus meurtrières à avoir frappé ce pays.

Les victimes, pour la plupart des jeunes, faisaient partie des quelque 100 000 personnes venues dans le district d’Itaewon pour fêter Halloween pour la première fois depuis le début de la pandémie.

Les autorités policières ont admis avoir déployé un nombre insuffisant d’officiers pour une telle foule, l’opposition accusant le gouvernement du président Yoon Suk-yeol de ne pas avoir assumé ses responsabilités.

Des milliers de personnes

Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi dans le centre de Séoul pour une veillée aux chandelles organisée par un groupe de citoyens lié au principal parti d’opposition sud-coréen, avec de nombreuses pancartes appelant le président Yoon Suk-yeol à démissionner.

Le groupe – qui avait déjà organisé des rassemblements antigouvernementaux avant la catastrophe – a déclaré que des veillées similaires étaient également organisées dans d’autres villes, notamment Busan, Gwangju et Jeju.

Et à Itaewon, à une sortie de métro près du site de la catastrophe d’Halloween, on pouvait voir une marée d’hommages sous forme de fleurs blanches et de post-it.

Sur l’un d’eux était écrit : “Je ne te lâcherai pas la prochaine fois”. Sur un autre : « Je me souviendrai de toi pour toujours ».

Les personnes en deuil ont également laissé des chocolats, de la bière, du soju – une boisson alcoolisée coréenne – et du lait à la fraise.

“À quoi ça sert?”

Image de la colère du public alors qu’une femme a été vue en train de déchirer des couronnes placées sur un mémorial par le président et le maire de Séoul vendredi.

“A quoi servent (ces fleurs) puisqu’elles ne pourraient pas protéger (nos enfants)?” s’est exclamée cette femme présentée par un média local comme la mère d’une des victimes de la bousculade.

“A quoi bon se tenir près de ces (couronnes) alors qu’ils ont laissé mourir nos bébés ?”, a-t-elle encore fustigé devant les caméras d’une télévision locale. Des policiers ont ensuite été vus l’éloignant du mémorial devant l’hôtel de ville de Séoul.

Le président Yoon était présent vendredi avec d’autres responsables qui ont présenté leurs excuses pour la catastrophe, dont le chef de la police nationale et le ministre de l’Intérieur.

“En tant que président responsable de la vie et de la sécurité du peuple, je suis profondément attristé et désolé”, a-t-il alors déclaré.

« Je sais que notre gouvernement et moi (…) avons une énorme responsabilité pour faire en sorte qu’une telle tragédie ne se reproduise plus jamais.

Le président sud-coréen est aux prises avec les taux d’approbation les plus bas depuis son entrée en fonction en mai, et ses opposants attaquent maintenant le gouvernement à propos de la ruée meurtrière d’Halloween.

Sanctions contre les responsables

Un groupe de jeunes Coréens a organisé une commémoration distincte dans le centre de Séoul à laquelle, selon les organisateurs, 500 personnes ont assisté.

“Je n’arrive pas à croire que des gens de mon âge soient morts simplement parce qu’ils voulaient s’amuser à Halloween”, a déclaré Park Tae-hoon, 29 ans, l’un des organisateurs et membre du Parti politique progressiste. Jinbo.

Il a déclaré à l’AFP avant l’événement que son objectif était d’exiger des sanctions contre les responsables et des mesures pour empêcher que le drame ne se reproduise.

Le deuil national décrété en Corée du Sud prend fin samedi, au terme d’une semaine durant laquelle les drapeaux étaient en berne et les manifestations annulées.

La façon dont la foule d’Itaewon a été gérée cette nuit-là à Itaewon fait l’objet d’un examen minutieux alors que les enquêtes tentent d’élucider la cause exacte de la bousculade.

Les transcriptions des appels d’urgence, obtenues par l’AFP, montrent que nombre d’entre eux des heures précédant la catastrophe ont exprimé une inquiétude croissante face à la densité de la foule à Itaewon.

En l’absence d’un organisateur unique pour les fêtes d’Halloween, le gouvernement n’avait pas demandé aux bars, discothèques et restaurants de lui soumettre un plan de gestion de crise dans un quartier composé de rues étroites et de ruelles en pente.

Et bien qu’un afflux sans précédent de 100 000 personnes ait été estimé, la police n’avait déployé que 137 policiers à Itaewon, alors que dans le même temps quelque 6 500 policiers étaient mobilisés dans une autre partie de la ville pour une plus petite manifestation antigouvernementale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats/afp

Tags: Veillées aux chandelles pour les victimes bousculade Séoul

PREV Didier Raoult a-t-il été évincé du classement des personnalités préférées des Français ? – .
NEXT A qui s’adressent les études sanitaires et sociales ? – .