Saint-Bruno met la main sur une partie de la collection du fondateur de l’Insectarium – .

Saint-Bruno met la main sur une partie de la collection du fondateur de l’Insectarium – .
Saint-Bruno met la main sur une partie de la collection du fondateur de l’Insectarium – .

Saint-Bruno-de-Montarville veut perpétuer la mémoire du célèbre entomologiste et fondateur de l’Insectarium de Montréal, Georges Brossard, qui en fut longtemps l’un des résidents avant son décès il y a quelques années.

La municipalité de la Montérégie a récemment acquis 12 000 insectes de l’immense collection de M. Brossard, afin d’en faire une exposition permanente.

« Nous voulions faire perdurer l’œuvre de sa vie et la transmettre aux générations futures. Nous voulions aussi qu’une partie de sa collection fasse partie de notre patrimoine. Son héritage ne sera jamais oublié », a déclaré le maire de Saint-Bruno, Ludovic Grisé Farand, à propos de ce grand Montarvillois décédé en 2019 à l’âge de 79 ans.

Les différents spécimens d’insectes qui seront exposés ont été triés par un spécialiste de l’Insectarium de Montréal qui s’est assuré de choisir des insectes provenant de plusieurs pays du monde visités par Georges Brossard.

Au cours de sa vie, le notaire devenu chasseur d’insectes a effectué 140 voyages dans une centaine de pays d’où il a ramené plus de 800 000 insectes. Quelque 250 000 d’entre eux ont participé à la fondation de l’Insectarium en 1990.

>

>

Mathieu Ste-Marie / Agence QMI

Aujourd’hui, sa collection, qui compte encore des centaines de milliers de spécimens, est conservée chez ses deux fils Georges Brossard Jr et Guillaume Brossard. “Nous avons beaucoup de raretés comme des papillons de Nouvelle-Zélande que mon père a nommés en son honneur. Ce n’est pas le genre de collection qu’on vend », explique Georges Brossard Jr.

Son père a toujours utilisé les insectes pour faire passer des messages sur l’environnement, même si ce sujet n’était pas à la mode il y a 40 ans, se souvient-il.

« Mon père avait l’habitude de dire qu’il fallait comprendre les insectes car ils sont un élément essentiel de la chaîne alimentaire », dit-il. Je me souviens qu’il parlait contre les pesticides et que les gens se moquaient de lui. Mais aujourd’hui, 20% des abeilles mellifères ont disparu et dans 100 ans nous n’aurons peut-être plus de miel.

>

>

Mathieu Ste-Marie / Agence QMI

L’annonce de l’acquisition de la collection de l’entomologiste a été faite lors d’une cérémonie le mois dernier, officialisant le nouveau nom de la bibliothèque municipale de Saint-Bruno, qui porte désormais le nom de « Bibliothèque Georges-Brossard ». Pour l’occasion, son ami, l’ancien maire de Montréal de 1994 à 2001, Pierre Bourque, lui a rendu hommage en évoquant les nombreux voyages qu’ils ont effectués ensemble en Chine, au Japon, en France, en Malaisie et au Québec. Pour M. Bourque, “il n’y avait rien pour éprouver Georges”.

La collection de 12 000 insectes répartis en 400 ensembles, acquise au coût de 74 000 $ par Saint-Bruno-de-Montarville, sera installée dans un lieu non encore précisé. Le Maire Grisé Farand promet de stocker le tout dans des conditions de conservation optimales. Le grand nombre d’insectes permettra de tourner et de ne pas présenter tout le temps les mêmes spécimens aux visiteurs.

D’ici là, il est possible de voir un échantillon de cette collection à la bibliothèque Georges-Brossard.

Étiquettes : SaintBruno mains partie collection fondateur Insectarium

Tags: SaintBruno met main sur une partie collection fondateur lInsectarium