La quête du titre national passe par un chemin ardu – .

La quête du titre national passe par un chemin ardu – .
La quête du titre national passe par un chemin ardu – .

Le Rouge et Or de l’Université Laval ne s’offusque pas de se retrouver dans le bas du tableau du championnat canadien de soccer féminin qui prendra son envol jeudi au PEPS.

La défaite 2-1 face aux Carabins de l’Université de Montréal en finale provinciale vendredi dernier a fait mal au Rouge et Or, qui occupe la huitième et dernière place du classement des favoris.

De leur côté, les Blues se retrouvent au deuxième rang et affronteront les Dinos de Calgary qui ont remporté le bronze dans l’Ouest.

Les champions de chacune des quatre conférences occupent de facto les quatre premiers niveaux et U Sports veut éviter que des équipes d’une même conférence croisent le fer au premier tour, ce qui influence le classement.

Le Rouge et Or affrontera les Thunderbirds de l’UBC, les favoris du tournoi, lors du premier match, jeudi soir au Stade TELUS-UL. David Desloges assure que les objectifs ne changent pas même si l’équipe aura un parcours plus difficile.

« Nous avons tous les outils pour aller au bout et gagner, a déclaré l’entraîneur-chef de Laval.

« Affronter les favoris à l’aller ne m’inquiète pas. Peu importe le classement, nous devons affronter toutes les équipes. Le classement n’est pas représentatif des points forts. Je vis très bien avec la formule actuelle et je sais que les équipes en 6e et 7e endroit sont très forts. »

Desloges y voit même des aspects positifs. «Faire face à UBC lorsque nous partirons nous permettra d’avoir une liste saine et entièrement concentrée. Les équipes occidentales ne sont pas habituées à affronter des équipes qui gardent le ballon au sol et comptent sur la possession. Notre style de jeu peut les agacer. »

Bon état d’esprit

Malgré la défaite contre les Carabins, la gardienne Myriam Labrecque aime ce qu’elle voit.

« C’est certain que nous sommes déçus d’avoir perdu la finale, mais je suis content de l’état d’esprit du groupe. Je suis très content de la façon dont nous avons joué et je suis sûr que nous avons l’équipe pour aller jusqu’au bout. Nous visons l’or. Jouer à domicile nous motive encore plus. »

À 5’10”, Labrecque est l’un des plus grands de l’équipe. “Les filles de l’ouest sont toutes de ma taille et elles sont intimidantes”, a-t-elle déclaré. Le jeu direct doit être évité. »

« Le West mise sur un style physique et intense, pour ajouter Joëlle Mercier. De notre côté, nous sommes plus techniques. Nous ne sommes pas une équipe de huitième place et nous méritons pleinement notre place aux championnats nationaux. »

Sécheresse offensive

Le Rouge et Or a du mal à faire mouche depuis quelques semaines. « Nous avons très bien joué à Montréal, mais c’est difficile de marquer des buts depuis quelques semaines, a dit Desloges. Si nous pouvons marquer un but, il se débloquera et nous en marquerons trois. Nous travaillons cet aspect en formation. »

Mercier est d’accord. « Nous avons les qualités pour marquer. Il suffit d’un seul pour relancer la machine. »

Duarte toujours présent dans le cœur des joueurs

À l’aube du Championnat canadien de soccer universitaire féminin, l’aura d’Helder Duarte plane toujours sur le Rouge et Or de l’Université Laval.

Entraîneur-chef du Rouge et Or de la naissance du programme en 1995 jusqu’à sa mort subite en février 2019 suite à une crise cardiaque, Duarte occupe toujours une large place dans l’entourage de l’équipe qu’il a menée à la victoire aux Championnats canadiens de 2014 à domicile et en 2016. En 2014, il est sacré entraîneur par excellence sur la scène canadienne.

Slogan

« C’est Helder qui m’a recrutée à Laval et c’est très touchant de jouer le championnat canadien au PEPS alors que j’en suis à mes derniers matchs de ma carrière », a déclaré la gardienne étoile Myriam Labrecque. Ses valeurs sont toujours véhiculées et il est toujours présent dans l’équipe. Il fait partie intégrante de l’équipe. Nous avons des photos de lui dans le vestiaire et nous allons utiliser sa phrase préférée. »

Cette phrase d’accroche qui est inscrite sur la bannière en son honneur au stade Telus ainsi que dans le vestiaire de l’équipe est la suivante : « Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu’au jour où être fort est la seule option. »

Offrez-lui un titre national

Joëlle Mercier est d’accord. « Helder est toujours présente dans le cœur des filles du Rouge et Or et aussi parmi les gens du milieu régional du soccer, a déclaré la diplômée qui terminera sa carrière cette fin de semaine et qui a évolué sous les ordres de Duarte à ses débuts avec le Rouge et Or. Nous serions très fiers si nous pouvions lui offrir un autre titre national. »

Si les joueurs n’ont pas oublié Duarte, il en va de même pour les entraîneurs.

“Lors de nos discussions cette semaine, Nabil Haned parlait de Helder”, a déclaré l’entraîneur-chef David Desloges à propos de son bras droit. Il est toujours dans toutes les têtes. Les filles parlent encore de leur expérience en 2014 lorsque le Rouge et Or a remporté le championnat canadien à domicile, le premier de l’histoire de l’équipe, avec Helder comme entraîneur. »

Haned a été l’adjoint de Duarte à la tête des gardiens pendant plusieurs années en plus de travailler avec lui dans le programme sport-études de l’école secondaire Cardinal-Roy, un programme que Duarte a aidé à lancer pendant qu’il occupait le poste. directeur technique de l’Association régionale de soccer de Québec.

Les joueurs du Rouge et Or portent toujours les initiales HD sur leur chandail en mémoire du fondateur et premier entraîneur du programme.

Tags: quête titre national passe par chemin ardu

NEXT Des vêtements Rekkles, un peu trop chers ? – .