pourquoi est-ce un jour férié et quelles commémorations ? – .

pourquoi est-ce un jour férié et quelles commémorations ? – .
pourquoi est-ce un jour férié et quelles commémorations ? – .

11 NOVEMBRE. Ce vendredi, les commémorations de l’armistice du 11 novembre 1918 auront lieu à l’Arc de Triomphe à Paris et dans toutes les communes de France. Ce jour férié permet un week-end prolongé de 3 jours.

[Mis à jour le 8 novembre 2022 à 18h27] Ce vendredi 11 novembre est un jour férié dans le calendrier français, l’occasion de s’immerger dans l’histoire ou la culture en famille ou seul. Vous n’aurez que l’embarras du choix pour visiter un monument, un musée ou un château. A Paris, le Centre Pompidou, le Palais de Tokyo, le Musée du Louvre, l’Atelier des Lumières, la Tour Eiffel, le Musée Grévin, le Musée Guimet, le Palais de la Découverte, le Petit Palais et bien d’autres ouvrent leurs portes. Des animations sont également prévues. Les châteaux de Fontainebleau, Malmaison ou Breteuil accueillent les visiteurs.

Traditionnellement, le 11 novembre à Paris, le président de la République, qui porte le Bleuet de France à sa boutonnière, dépose une gerbe devant la statue de Georges Clemenceau, président du Conseil pendant la Première Guerre mondiale. Après avoir remonté les Champs-Élysées, escorté par la Garde républicaine, il a déposé une seconde gerbe devant la tombe du Soldat inconnu, sous l’Arc de Triomphe, avant de raviver la flamme. Puis, à 11 heures précises, heure à laquelle les combats ont été suspendus en 1918, les cloches sonnent dans tous les villages de France.

Le 11 novembre marque l’anniversaire de l’Armistice de 1918. Ce document, signé entre l’Allemagne et la Triple Entente (France, Grande-Bretagne, États-Unis) et prélude au Traité de Versailles de 1919, suspend les combats qui font rage depuis quatre ans. entre les deux camps. Chaque année, en France, cette journée symbolique est célébrée par une série de cérémonies rendant hommage aux soldats de la Grande Guerre, morts pour la France, sur quelque 30 000 monuments aux morts érigés dans les villes et villages français.

Le choix de la date du 11 novembre n’est pas un hasard : c’est un choix « français » puisque cette date tombe en plein sur celle de la fête traditionnelle du saint patron des Francs, St-Martin. Le canon se tut donc à la onzième heure du onzième jour du onzième mois de l’année 1918 sur le front du Nord-Est de la France… et donc dans toute l’Europe. Les soldats sortent alors des tranchées sans crainte mais les festivités sont inévitablement endeuillées. Dès 11 heures du matin le 11 novembre 1918, des sonneries de cloches et des appels de clairon annoncent la fin des combats sur le front occidental. Ils résonnent après quatre années de guerre qui ont laissé une France exsangue et 1 500 000 victimes, pour la plupart jeunes. Au total, la Grande Guerre a fait plus de 8 millions de morts et de blessés. A 16 heures, au Palais Bourbon, Clemenceau lit les conditions d’armistice. Il salue également l’Alsace et la Lorraine tout en rendant hommage à la Nation.

En 1919, le projet d’hommage à un soldat inconnu mort pendant la Première Guerre mondiale, symbole anonyme de tous les « Poilus », est adopté par les députés français. L’année suivante, le soldat inconnu qui devait être transféré à Paris est désigné par un autre militaire à Verdun, en déposant un bouquet de fleurs sur l’un des cercueils. Dans la foulée, en 1920, le Parlement vote à l’unanimité la loi suivante : “Objet 1euh : Les honneurs du Panthéon seront rendus à la dépouille d’un des soldats non identifiés mort au champ d’honneur pendant la guerre de 1914-1918. […]
Section 2: […] La dépouille du Soldat Inconnu sera inhumée sous l’Arc de Triomphe. Ce sera fait le 28 janvier 1921.

Le 24 novembre 1922, le Parlement a déclaré le 11 novembre une «fête nationale» sous le nom de «jour du Souvenir». Par conséquent, le 11 novembre devient un jour férié. Le 11 novembre de l’année suivante, suite à l’idée émise par plusieurs artistes, une « Flamme du Souvenir » est allumée par le ministre de la Guerre André Maginot. Flamme sacrée qu’un “Comité de la Flamme” a depuis pour tâche de raviver chaque jour au crépuscule. Elle ne s’est jamais éteinte, même pendant l’Occupation. Pour la faire vivre, une cérémonie très stricte de « rallumage de la flamme » est observée quotidiennement depuis 92 ans, toujours la même. Elle a lieu tous les soirs à 18h30. Les Associations sont conduites, en cortège, jusqu’à l’Arc de Triomphe, porteurs de gerbes en tête puis porte-drapeaux. Drapeau de « La Flamme », clairon et tambour de la Garde Républicaine sont placés autour de la dalle sacrée. La cloche de la Flamme résonne ; la flamme est ravivée ; les gerbes posées. Puis, la cloche « Aux Morts » sonne, les drapeaux sont baissés et une minute de silence est suivie. On signe le Livre d’Or, on se salue et puis tout le monde se retrouve enfin au pied de la tombe, pour écouter les musiciens jouer « Honneur au Soldat Inconnu ».

Appelé aussi Jour du Souvenir, le 315e jour de l’année (316e en cas d’année bissextile comme ce fut le cas en 2016) peut déboucher sur un “pont” au mois de novembre, un week-end prolongé pour les salariés comme pour le travailleur indépendant. En 2022, le jour férié du 11 novembre tombe un vendredi, les salariés bénéficient d’un week-end de 3 jours. Les élèves, de la maternelle à l’université, n’auront pas cours !

L’armistice de 1918 est un traité qui occupe une grande place dans l’histoire. Que s’est-il passé le 11 novembre 1918 ? Après l’échec des offensives allemandes de juin et juillet 1918 pendant la Grande Guerre, les Américains et les Britanniques lancent une offensive en août 1918 qui repousse définitivement les forces allemandes. Au terme de deux mois de résistance de l’état-major allemand, le texte de l’armistice est négocié et consigné dans le Wagon de l’Armistice le 11 novembre 1918 à 5h15. Il s’agit de la voiture de commandement du maréchal Foch près du quartier général allié, non loin de la gare de Rethondes dans l’Oise. A 11 heures le 11 novembre 1918, l’armistice prend effet sur le front.

En signant le fameux traité de Rethondes le 11 novembre 1918, les forces alliées et l’Allemagne mettent officiellement fin à leur conflit en posant plusieurs conditions. Toujours le 11 novembre, Charles Ier, alors empereur d’Autriche, a finalement renoncé au trône – sa dynastie des Habsbourg avait régné pendant plus de 600 ans. Depuis 100 ans, même chez les plus jeunes, le 11 novembre symbolise la fin de la Grande Guerre.

Le rendez-vous du 11 novembre recèle de nombreuses anecdotes, et son histoire reste méconnue voire oubliée par de nombreux anciens écoliers. Que dit le traité de Versailles ? Quelles étaient les conditions de l’armistice de 1918 ? Découvrez-en plus dans notre dossier consacré à l’armistice de 1918.

Saint-Martin est le saint patron de la France. La tradition chrétienne veut que « Lorsque Clovis attribua sa victoire en 507 à la protection de Saint-Martin et de Saint-Hilaire, Saint-Martin devint alors le saint patron des Francs. Les Mérovingiens sont ensuite imités par les Carolingiens et plus tard par les Capétiens qui se déclarent « abbés laïcs de St Martin de Tours ».

Tags: pourquoi estce jour férié quelles commémorations

PREV «L’État altruiste n’existe pas» – SWI swissinfo.ch – .
NEXT A suivre aujourd’hui… OL Groupe – .