ces entreprises de Dordogne tournées vers l’avenir – .


Jean-Christophe Lair, directeur de Cristaline, témoin incontournable du débat sur la transition énergétique.

Stéphane Klein/ “Sud Ouest”

“Forces vives”

En cette période charnière, c’est tout naturellement le thème de la transition énergétique qui a été abordé en préambule. « C’est désormais devenu un critère incontournable. Les entreprises qui ne s’adaptent pas courent un risque existentiel. Et nous ne pourrons même pas les financer ! a déclaré Stéphane Kolb, directeur général adjoint de la Banque Populaire. Il a annoncé le soutien apporté par son entreprise, qui vient de créer à cet effet l’association 1pacte, regroupant des entrepreneurs responsables.


Lors du grand débat sur la transition énergétique.

Stéphane Klein/ “Sud Ouest”

De son côté, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine est très préoccupé par ce sujet, comme l’a rappelé Jean-Pierre Raynaud avec une feuille de route pour 2030 baptisée Néo Terra. Il s’agira de réduire significativement la facture énergétique et d’atteindre 50 % d’énergies renouvelables. Un sujet que « Sud Ouest » traite régulièrement, comme l’explique Anne-Marie Siméon, la responsable de l’agence départementale de la Dordogne.

Invité comme témoin clé, Jean-Christophe Lair, le responsable du site industriel des eaux Cristaline à Saint-Martin de Gurçon, a illustré cette inquiétude. « Nous ne livrons pas nos bouteilles à plus de 200 kilomètres pour réduire notre empreinte carbone. « Notre usine est pilote pour réduire le poids des bouteilles, qui s’élève à 19 grammes de plastique, un record. » Des investissements importants ont été réalisés par son groupe pour économiser les matières premières et l’énergie. L’entreprise réfléchit déjà à la prochaine étape : des chariots élévateurs à hydrogène.


Le public a suivi avec attention cette soirée organisée sous forme d’émission télévisée.

Stéphane Klein/ “Sud Ouest”

“Vision et projet”

Pour remettre les prix aux gagnants, les partenaires de la soirée se sont relayés. C’est Mireille Volpato qui a remis le prix du Conseil départemental à Sylvain Boucher, le directeur de la biscuiterie La Chanteracoise, soulignant les efforts déployés « pour attirer les forces vives et créer des emplois ». L’entrepreneur explique sa valeur forte : « La croissance n’est pas une fin, mais un moyen. « Sa compagnie est celle qui représentera la Dordogne lors de la finale des Néo Aquitains le 31 janvier à Bordeaux.

Christophe Bourdais, directeur commercial à la Banque Populaire, a souligné l’importance « d’avoir des entrepreneurs qui ont une vision et un projet ». Il a distingué la famille Gardarein, dont la quatrième génération continue de développer l’activité charpente. La mère des patrons, aussi émue qu’eux, est montée sur scène pour leur faire un bisou.

De gauche à droite, les lauréats : Matthieu et Marc Gardarein, Maxime Gérard, Sylvain Boucher, Laurent Galinier, Laurent Sabeau.


De gauche à droite, les lauréats : Matthieu et Marc Gardarein, Maxime Gérard, Sylvain Boucher, Laurent Galinier, Laurent Sabeau.

Stéphane Klein/ “Sud Ouest”

Sébastien Thebaud, responsable du développement à l’école de commerce Kedge, a insisté, lors de la remise du Prix Dynamique, sur « la nouvelle donne managériale » qui passe par la formation. Son vainqueur, Laurent Sabeau, le créateur de l’usine Prunier, a expliqué qu’il avait frôlé la faillite à plusieurs reprises mais qu’il avait toujours été bien accompagné. Sylvain Descat, pour Suez, a récompensé le créateur des cuisines Venidom, rappelant qu’il avait appris de ses échecs pour créer une nouvelle entreprise.

Tags: ces entreprises Dordogne tournées vers lavenir