A Debout la France, adversaire du « fan-club Dupont-Aignan » – .

A Debout la France, adversaire du « fan-club Dupont-Aignan » – .
A Debout la France, adversaire du « fan-club Dupont-Aignan » – .
Nicolas Dupont-Aignan, lors d’un meeting de campagne, à Forbach (Moselle), le 29 mars 2022. FRÉDÉRIC FLORIN / AFP

Nicolas Dupont-Aignan, à 61 ans, a-t-il débuté une carrière de dictateur ? Un homme le pense mais se retrouve un peu seul. Mercredi 9 novembre, le parti souverainiste Debout la France (DLF) se réunit à Colombey-les-Deux-Eglises, le jour anniversaire de la mort du général de Gaulle, un rendez-vous que M. Dupont-Aignan ne manque jamais. A La Grange du Relais – bâtisse en pierre, onze salles contemporaines, mouture de la truite au menu – nous aurons installé une urne et, pour la première fois dans l’histoire du parti, deux bulletins de vote. L’un porte le nom de Nicolas Dupont-Aignan, son président fondateur depuis 2008, l’autre, celui de Pascal Lepetit.

Ce dernier est celui qui pense que Debout la France avance mal et que son président y est pour quelque chose. Délégué régional du parti en Bourgogne-Franche-Comté, il est un militant récent. Il a rejoint DLF en 2017, lorsque M. Dupont-Aignan a atteint un zénith personnel : 4,7 % à l’élection présidentielle, Premier ministre putatif de Marine Le Pen après un accord entre les deux tours. L’acte de rébellion de ce jeune retraité de la RATP, où il officiait en tant que formateur, n’a pas soulevé une foule immense : un seul secrétaire départemental le soutient. « Les autres ont peur. Et ceux qui avaient le goût de la contradiction et réclamaient un débat interne sont partis.il explique.

“Constitution nord-coréenne”

Il est vrai que le discours prononcé par M. Lepetit ressemble à celui des nombreux exilés depuis 2017, des dizaines et des dizaines de cadres qui sont allés grossir, plutôt brillamment, les rangs du Rassemblement national (RN), notamment. « Debout, la France n’est qu’un fan clubil dénonce, un outil politique au service de la réélection de son président dans sa circonscription. » Avec succès, puisque, dans le 8e de l’Essonne, autour de son ancienne ville d’Yerres, Nicolas Dupont-Aignan est réélu sans interruption depuis 1997.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Nicolas Dupont-Aignan creuse son sillon souverainiste

Avec Nicolas Dupont-Aignan, qu’il décrit comme ” brillant “, M. Lepetit a peu de divergences d’opinion. Il trouve le parti léger sur les questions rurales et la jeunesse, et s’alignerait plus facilement sur les “Macron-incompatibles” des Républicains, mais ce qui le dérange vraiment, c’est que Debout la France a, selon lui, tout d’une dictature. Il reproche au patron l’absence de débat sur la stratégie aux élections européennes de 2019 – où une liste d’ouverture avait explosé en vol -, puis à la présidentielle, où une négociation avec le RN à l’automne, avec une quinzaine de circonscriptions, le ferait lui ont semblé plus judicieux qu’une nouvelle aventure personnelle de M. Dupont-Aignan, débarquée à 2 %. “On pourrait réécrire les statuts sur la base de la Constitution nord-coréenne, avec un chef suprême, au moins ce serait clair”cingle le Nivernais.

Il vous reste 34,43% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Tags: Debout France adversaire fanclub DupontAignan

PREV Un homme de 36 ans jugé devant la cour d’assises de Mayenne, trois ans après le décès du fils de sa compagne – .
NEXT “#MeToo est en roue libre aujourd’hui” – .