les maires dénoncent un “coup extrêmement violent” du gouvernement – .

les maires dénoncent un “coup extrêmement violent” du gouvernement – .
les maires dénoncent un “coup extrêmement violent” du gouvernement – .
Bruno Le Maire, Elisabeth Borne et Christophe Béchu à la suite d’une conférence de presse pour annoncer des mesures visant à atténuer la pression exercée par la hausse des prix de l’énergie sur les collectivités, les entreprises et les services publics, à l’hôtel Matignon à Paris, le 27 octobre 2022. EMMANUEL DUNAND / AFP

A quinze jours du congrès des maires de France, qui se déroulera du 21 au 24 novembre à Paris, les relations entre les élus locaux et le gouvernement connaissent un nouveau coup de froid. Lors d’une conférence de presse de présentation de l’événement mardi 8 novembre, le président de l’Association des maires de France (AMF), David Lisnard, a fustigé “le coup extrêmement violent qui a été porté à toutes les communautés”. En cause : le fait que l’exécutif ait introduit dans le projet de loi de finances (PLF) pour 2023 – adopté en première lecture, le 4 novembre à l’Assemblée nationale, après le recours à l’article 49.3 de la Constitution par Elisabeth Borne – un dispositif de contrainte dépenses locales pour les cinq prochaines années.

Le gouvernement considère que les collectivités locales doivent participer au redressement des finances publiques du pays. Appelées « Pacte de confiance », les mesures ajoutées in extremis dans le PLF étaient auparavant présentes dans un autre texte, le projet de loi de programmation des finances publiques. Ce qui a été rejeté fin octobre par l’Assemblée nationale. La décision de l’exécutif est considérée par la députée socialiste du Puy-de-Dôme Christine Pirès Beaune comme “une déclaration de guerre aux communautés”. Intercommunalités de France, qui regroupe un millier de métropoles, agglomérations ou communautés de communes, déplore “un passage obligé”. L’association “craint que la méthode du gouvernement aboutisse à des ‘contrats sans confiance’, en contradiction avec les contrats de confiance auxquels l’association était prête à souscrire lors des discussions préalables au projet de loi de finances”.

« Un manque de confiance »

De son côté, André Laignel, premier vice-président adjoint de l’AMF, soupire : “On pensait que la sagesse parlementaire avait enfin parlé”a-t-il déclaré le mardi 8 novembre. Référence à la façon dont les eurodéputés ont initialement rejeté le “volonté de percer les autorités locales”. Selon lui, la décision du gouvernement “est totalement absurde”. “Avec l’inflation que nous connaissons, (…) nous disant qu’il faut modérer nos dépenses en dessous de l’inflation, sinon on va être taxé à l’arrivée, c’est un manque de confiance dans les collectivités »selon lui.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’argent des collectivités locales, un sujet électrique entre les élus et l’Etat

Confiance. C’est le grand sujet du retour du tumultueux couple maire-dirigeant. Alors qu’ils s’estiment ignorés durant le premier quinquennat d’Emmanuel Macron, les élus locaux ont été surpris de voir un changement total de discours à l’entame de leur second mandat. Le gouvernement a protesté à plusieurs reprises contre la haute estime qu’il portait aux communautés locales.

Il vous reste 48,16% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Tags: maires dénoncer extrêmement violent coup gouvernement

PREV A New York, l’artiste français JR dévoile une œuvre en faveur des femmes iraniennes – .
NEXT Des vêtements Rekkles, un peu trop chers ? – .