La Ligue contre le cancer 35 participe au “Janvier sec” pour inciter les gens à réfléchir à leur consommation d’alcool – .

La Ligue contre le cancer 35 participe au “Janvier sec” pour inciter les gens à réfléchir à leur consommation d’alcool – .
La Ligue contre le cancer 35 participe au “Janvier sec” pour inciter les gens à réfléchir à leur consommation d’alcool – .

La Ligue contre le cancer d’Ille-et-Vilaine lance, avec une quinzaine de bars du département, l’opération Janvier sec. Cocktails sans alcool ont été créés pour vous faire réfléchir sur votre consommation d’alcool. Pour chaque cocktail vendu, 1€ est reversé à la Ligue pour ses actions. Patrick Bourguet, le Président de la Ligue contre le cancer d’Ille-et-Vilaine en parle sur France Bleu Armorique.

France Bleu Armorique : Quel est le but premier de cette opération lancée durant le mois de janvier 2023 ?

Patrick Bourguet : Très clairement, il s’agit d’une sensibilisation de la population et notamment des jeunes, à la consommation d’alcool. Comme vous le savez, l’alcool est l’un des principaux facteurs de risque de cancer après le tabac. Et donc, ce que la Ligue souhaite faire, c’est participer à la prévention des cancers, notamment des cancers digestifs qui sont liés à la consommation d’alcool. En essayant d’amener les jeunes notamment à consommer autre chose que des boissons alcoolisées lorsqu’ils sortent.

Le mois de janvier sec, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est le fait de ne pas boire d’alcool durant tout le mois de janvier. C’est bon pour la santé ?

Très clairement, après les fêtes, c’est une très bonne chose de faire une petite pause, c’est certain. Mais en général, ce qui est important, c’est de revenir à une consommation raisonnable. Pendant les vacances, on traverse une période de maltraitance et le corps en souffre très nettement.

Avez-vous développé un cocktail sans alcool avec les bars d’Ille-et-Vilaine ?

En fait, c’est une idée originale du comité 35. Nous l’avons fait, en collaboration avec un mixologue, c’est-à-dire une personne qui crée des cocktails. Et nous avons créé, avec une entreprise qui fabrique des spiritueux sans alcool, des cocktails qui seront proposés aux jeunes dans différents bars. Ce qui est intéressant, c’est que nous avons, avec ces deux partenaires mobilisés, un certain nombre de bars qui vont officiellement et ostensiblement proposer des cocktails sans alcool, aux jeunes notamment, qui viendront pour un moment de fête.

Et pour chaque cocktail sans alcool vendu, 1 euro est reversé à la Ligue contre le cancer d’Ille-et-Vilaine. Argent pour quoi?

Clairement, ce n’était pas le but. L’objectif était vraiment un objectif de prévention et d’éducation à la santé. Mais en fait, l’accord prévoit qu’il y a un euro reversé pour chaque vente et cela est inclus dans le budget de la Ligue pour ses missions habituelles, qui sont le soutien à la recherche, le soutien aux patients et à leurs familles, puis les actions de prévention.

Il y a 28 000 nouveaux cancers par an en France dus à l’alcool.

C’est ce que nous estimons réellement. Il s’agit essentiellement de cancers ORL, de la bouche, du larynx, de l’œsophage mais aussi bien sûr du foie qui est le filtre à alcool et du pancréas. Ce sont donc des cancers qui sont encore au pronostic assez sévère pour la plupart.

Cette opération vise notamment éduquer les plus jeunes car vous diriez que leur consommation d’alcool est préoccupante aujourd’hui ?

Si vous allez à Rennes lors de soirées étudiantes, vous pourrez voir que c’est une ville étudiante. Il est bien clair que nous avons une forte consommation d’alcool, avec une tendance depuis plusieurs années que nous constatons, à boire de l’alcool très fortement et rapidement. Et c’est très mauvais parce qu’on sait qu’on n’a pas l’addiction à l’alcool comme on peut avoir avec le tabac ou le cannabis par exemple. Mais nous avons ce que nous appelons une dépendance. En fait, petit à petit, on a besoin de boire. Et surtout, on est capable de boire de plus en plus, sans effet. Et ça, c’est vraiment un aspect dramatique parce que l’ivresse est toujours là. Et l’effet sur l’organisme est énorme avec un risque de cancer, mais aussi de toutes les autres maladies cardiovasculaires.

Où en est la recherche sur le cancer aujourd’hui ?

La recherche sur le cancer en général progresse énormément. Depuis plusieurs décennies, beaucoup de moyens ont été mis en place. Surtout, désormais, nous abordons la recherche avec des moyens modernes, avec de nouvelles idées. Et aujourd’hui, on a développé ce qu’on appelle des thérapies ciblées, notamment en chimiothérapie, qui sont vraiment ciblées sur des types de cancers précis. Et puis l’immunothérapie, qui est à la pointe depuis plusieurs années. Cette recherche est très dynamique, notamment en Bretagne. Ainsi pour la Ligue 35, le financement ou le cofinancement avec la région Bretagne notamment, de projets de recherche mais aussi de doctorants, signifie que nous contribuons très significativement au financement de la recherche contre le cancer.

Trois ans, quasiment après le début de la crise du Covid, quelles conséquences ? Certains patients n’ont pas pu se soigner correctement…

Absolument. Il y avait deux effets principaux. Le premier couvre toutes les opérations de dépistage. De toute évidence, les gens ne sont pas venus participer à la projection. Nous avons eu une baisse considérable de l’ordre de 40% à 50% du dépistage avec un rebond aujourd’hui qui est très faible. Et d’autre part, il y a eu des retards de diagnostic et des retards de traitement. Même si les équipes des hôpitaux ou des cliniques sont restées mobilisées sur le cancer.

Étiquettes : Ligue Cancer participe Dry janvier encourager personnes alcool consommation

Tags: Ligue contre cancer participe Janvier sec pour inciter les gens réfléchir leur consommation dalcool

PREV Les forces russes pourraient lancer une offensive à grande échelle sur plusieurs fronts, selon Kyiv – .
NEXT Le dollar commence février plus bas avant la Fed – .