ce que l’on sait du projet avant le dernier tour… – .

ce que l’on sait du projet avant le dernier tour… – .
ce que l’on sait du projet avant le dernier tour… – .

Cette fois c’est la dernière ligne droite. La Première ministre Elisabeth Borne a poursuivi jusqu’à mercredi les discussions avec les partenaires sociaux avant de présenter mi-janvier le texte du gouvernement sur la réforme des retraites. Voici ce que l’on sait déjà des mesures envisagées.

Lire aussi > Abaisser l’âge légal ou augmenter le nombre de trimestres : qu’est-ce qui est le plus pénalisant pour vous ?

Relever l’âge légal de la retraite

Actuellement à 62 ans, il déclinera, c’est certain. Mais à quel seuil ? 64 ans ? 65 ans ? Emmanuel Macron avait indiqué qu’il souhaiterait lors de sa campagne présidentielle que l’âge légal de départ soit repoussé de 4 mois par an à partir de l’été 2023, jusqu’à 65 ans en 2031. Invitée de France Inter ce mardi 3 janvier, Elisabeth Borne a assuré que le recul de l’âge légal à 65 ans n’est pas “un totem” pour l’exécutif, car “d’autres solutions peuvent permettre d’atteindre l’équilibre de notre système d’ici 2030”. Il s’agit notamment d’une modulation avec un recul de l’âge légal à 64 ans et une augmentation du nombre de trimestres cotisés pour un congé à taux plein, avec une augmentation de trois mois par an ou tous les deux ans. « Nous n’irons pas au-delà des 43 ans de cotisation. (…) Personne ne devra travailler 47, 48 ans », a promis Elisabeth Borne.

Lire aussi > Réforme des retraites : qui sera le premier concerné selon son année et son mois de naissance ?

La pension minimum à 1200 € pour qui ?

C’est un fait, Emmanuel Macron s’était engagé pendant sa campagne sur une retraite minimale de 1 100 €, soit 85 % du SMIC, un montant porté à 1 200 € en raison de l’inflation. La question qui divise syndicats et gouvernement est : à qui profitera cette mesure ? A ceux qui prendront leur retraite après l’entrée en vigueur de la réforme ou à tous ? “Ma priorité est que ce soient les actifs qui devront travailler un peu plus longtemps qui bénéficient de cette revalorisation”, précise Elisabeth Borne. “Il y aura un débat” sur l’extension aux retraités actuels, a-t-elle admis.

A lire aussi> Pension minimum à 1200 euros: que veut faire Emmanuel Macron ?

L’âge automatique du taux plein restera à 67 ans

Malgré le report de l’âge légal et l’allongement de la durée de cotisation, l’âge du taux plein automatique restera de 67 ans, quel que soit le nombre de trimestres manquants. Ainsi, dans la future réforme, ce sera toujours l’âge auquel la remise est annulée. C’est un geste que le gouvernement présente comme étant favorable aux femmes, qui ont plus souvent des carrières agitées.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Droit, santé, argent, culture, loisirs… Et si vous receviez le magazine Notre Temps chez toi tous les mois pour ne plus manquer aucune information qui toi préoccupation?

Voir les offres d’abonnement

Du nouveau pour le cumul emploi retraite

Il était déjà possible de travailler, dans une certaine mesure, tout en étant à la retraite. Mais les périodes concernées n’ont eu aucune incidence sur le montant de la pension. Le gouvernement veut y remédier et permettre aux trimestres effectués en cumul emploi et retraite de compter désormais pour la retraite.

Lire aussi > Cumul retraites : à quelles conditions ?

Retraite progressive

Le gouvernement veut assouplir les conditions de la retraite progressive, mais surtout permettre aux fonctionnaires d’en bénéficier.

Création d’un index senior

Puisque l’âge légal va reculer, les seniors vont se retrouver plus longtemps sur le marché du travail. C’est pourtant le point faible du marché du travail en France : le taux d’emploi des plus de 55 ans est faible. Pour lutter contre ce constat, le gouvernement veut créer un “indice des seniors” négocié dans chaque branche et publié par les entreprises de plus de 50 salariés. Initialement, des sanctions étaient prévues pour les entreprises qui ne se conformaient pas. Mais les patrons sont au vent et dans un premier temps, cette idée de punition est à oublier.

Quand cette réforme entrera-t-elle en vigueur ?

Le président de la République a été très clair lors de ses vœux aux Français : 2023 sera l’année de la réforme des retraites, qui entrera en vigueur au plus tard à la fin de l’été.

Régimes spéciaux

Le gouvernement n’a pas bougé, il n’y aura pas d’alignement du public sur le privé. En revanche, les nouveaux entrants dans la fonction publique seront alignés, en matière de retraites, sur le secteur privé. Ils devront donc travailler plus longtemps. Mais seulement eux, ça s’appelle la clause grand-père.

La pénibilité

C’est un chapitre clé de cette future réforme, notamment du côté des syndicats. “Un départ à la retraite sur six est prévu pour usure professionnelle, personne ne peut le résoudre”, a expliqué Olivier Dussopt. Chaque année, 100 000 personnes prennent une retraite anticipée parce qu’elles sont jugées inaptes au travail, a-t-il déclaré. En particulier, le gouvernement pourrait accepter de réintégrer dans les conditions de travail qui pourraient permettre aux travailleurs de se retirer prématurément les postures douloureuses, le port de charges lourdes ou l’exposition à des vibrations, ce qui n’est plus le cas depuis 2017. Le gouvernement envisage également la création de un « fonds de prévention de l’usure professionnelle ».

Mots clés: projet rond ..

Tags: lon sait projet avant dernier tour

NEXT Le nouveau monde après la fin du dollar et du SWIFT – .