Ces Franco-Ontariens à surveiller en 2023 – .

Temps de lecture : 5 minutes

Aucune intention de jouer aux apprentis devins, mais le contexte imposé par l’actualité au cours de la dernière année a fait émerger quelques personnalités franco-ontariennes auxquelles il faut porter une attention particulière en 2023. Certaines ne sont pas inconnues du grand public et d’autres le sont beaucoup moins .

Paul Rouleau, et son rapport final très attendu

Pour ce début d’année, c’est bien le juge Paul Rouleau qu’il faut surveiller. Et pour cause, fort de 17 ans d’expérience en tant que juge à la Cour d’appel, il a été nommé en avril 2022 à la tête de la Commission sur l’état d’urgence.

À ce titre, ce Franco-Ontarien entend remettre son rapport final, avec ses conclusions et recommandations, à la Chambre des communes et au Sénat du Canada d’ici le 20 février 2023.

Paul Rouleau lors de la commission d’enquête sur l’état d’urgence à Ottawa. Crédit image : Commission de l’état d’urgence

Pour rappel, la Commission, dont les audiences se sont déroulées sur près de six semaines à l’automne, est une enquête publique indépendante. Il est né de l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence, qui est venue en réponse aux protestations des camionneurs qui ont paralysé le centre-ville d’Ottawa pendant trois semaines. Autant dire que des têtes pourraient bientôt tomber.

Fabien Hébert, nouveau patron de l’AFO

« Les défis qui attendent la communauté francophone sont nombreux. L’accès équitable aux services de santé en français a été identifié comme une priorité par les francophones de l’Ontario », tels sont les premiers mots de Fabien Hébert lors de la passation des rênes de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) en octobre dernier. , succédant à Carol Jolin.

Fabien Hébert avec Caroline Mulroney, ministre des Transports et ministre des Affaires francophones de l’Ontario. Crédit : Soufiane Chakkouche

L’homme est à garder dans le viseur, car, à travers sa longue carrière dans le secteur de la santé (il a été, entre autres, président-directeur général de l’Hôpital Smooth Rock Falls pendant 14 ans) et dans celui de l’éducation (il est président du conseil d’administration de l’Université de Hearst), il entend apporter un nouveau souffle et de nouvelles méthodes pour faire face aux défis de la francophonie ontarienne.

Stéphane Sarrazin ou la politique électrique !

Toujours dans la catégorie des poids lourds de la francophonie ontarienne, du côté politique cette fois, c’est le nouveau député progressiste-conservateur de Glengarry-Prescott-Russell, Stéphane Sarrazin, qu’il faut surveiller.

Et pour cause, cet ancien maire du canton d’Alfred et Plantagenet a créé la surprise dans cette circonscription en remportant le siège de la sulfureuse Amanda Simard lors des dernières élections provinciales.

Originaire du village d’Alfred dans les Comtés unis de Prescott et Russell, ce diplômé du Collège Algonquin d’Ottawa dans le domaine de l’électricité et de l’électronique compte probablement botter le cul dans la fourmilière politique depuis Queen’s Park.

Stéphane Sarrazin, député provincial de la circonscription de Glengarry-Prescott-Russel. Archives ONFR+

En effet, selon ses propres mots « Certains politiciens parlent de transparence, pour ma part, je pense qu’il faut aller encore plus loin. Les contribuables doivent être encouragés à participer davantage à la prise de décision. Après tout, c’est leur argent qui est en jeu… Personnellement, je crois que la politique doit évoluer au même rythme que la technologie. »

Serge Miville ou l’autonomie de l’Université de Sudbury à portée de main

À seulement 35 ans, Serge Miville a été nommé, le 21 juin 2021, nouveau recteur de l’Université de Sudbury. Pour rappel, ce professeur d’histoire a été mis à pied par l’Université Laurentienne quelque temps auparavant.

Rien de nouveau, si ce n’est que l’homme a promis de contribuer grandement au rêve de rendre l’Université de Sudbury indépendante en tant qu’institution de langue française, et, selon ces récents communiqués de presse, le rêve pourrait se réaliser au cours de l’année 2023.

Le recteur de l’Université de Sudbury Serge Miville. Archives ONFR+

« Nous n’avons jamais été aussi près d’obtenir l’université dont nous rêvons depuis un siècle… Nous serons la première institution à dire : nous cesserons d’être bilingues et nous deviendrons francophones », a-t-il déclaré. Devoirs Septembre dernier.

Étienne Gagnon-Delorme, un danseur cinq étoiles

Étienne Gagnon-Delorme, ce nom n’évoque peut-être pas grand-chose, mais tout indique qu’il va falloir s’y habituer les tympans dès maintenant.

En effet, ce Franco-Ontarien de 25 ans est l’un des danseurs vedettes canadiens les plus prometteurs de sa génération. Son assiduité dans la formation et son talent indéniable l’ont amené à se joindre, en juin 2019, à la prestigieuse troupe des Grands Ballets Canadiens en tant que danseur dans le corps de ballet. Avant cela, il avait remporté le prix de danse Agora en 2017.

Danseur Étienne Gagnon-Delorme. Crédits : Sasha Onyshchenko

Plusieurs événements et performances sont au programme durant l’année 2023 où le danseur devrait lui confirmer tous ces espoirs dans le monde très concurrentiel de la danse classique.

Heir Bilaka ou l’avenir du nu

Autre artiste, autre forme d’art ! Héritier Bilaka est un artiste plasticien qu’il faudra également suivre de près. Originaire de la République démocratique du Congo et basé à Ottawa, les peintures de ce Franco-Ontarien ne laissent personne indifférent, pour l’œil averti comme pour l’amateur.

Cependant, le peintre n’en est pas à ses premiers coups de pinceaux, il a déjà participé à plusieurs expositions collectives qui l’ont mené de Toronto à New York et Londres, en passant par Montréal et Cannes en France.

Artiste plasticien Héritier Bilaka. 1 crédit

Sa fascination et sa mise en forme du nu laissent de nombreux spécialistes murmurer dans les coulisses impénétrables des galeries d’art qu’il faudra faire de la place à ce jeune artiste, tout en lui prédisant un avenir artistique radieux.

Tags: Ces FrancoOntariens surveiller

NEXT Le nouveau monde après la fin du dollar et du SWIFT – .