Adieu Abderraouf, l’emblème de l’humour marocain – .

Adieu Abderraouf, l’emblème de l’humour marocain – .
Adieu Abderraouf, l’emblème de l’humour marocain – .

Abderrahim Tounsi, le brillant humoriste connu sous le nom d’Abderraouf, est décédé lundi à son domicile de Casablanca. Plusieurs acteurs de la scène culturelle ont exprimé leur affliction suite à sa mort.

Il nous a fait rire aux larmes, éveillé aux questions fondamentales, et son personnage aura marqué tous ceux qui auront goûté à son art. L’immense et maître de la comédie, Abderrahim Tounsi, plus connu sous le nom d’Abderraouf, est décédé lundi des suites d’une longue maladie. A l’annonce de sa disparition, plusieurs personnalités culturelles et artistiques ont exprimé leur tristesse sur les réseaux sociaux. Choqués par la nouvelle, beaucoup ont présenté leurs condoléances à la famille et aux proches de l’artiste, tout en rendant hommage à son parcours unique. “L’année 2023 commence bien tristement”, exprime sur sa page Facebook officielle Mohamed Laâroussi, chroniqueur et critique de cinéma. Et d’attester : “Abderraouf nous faisait rire quand nous étions encore des petits et il a continué à nous faire rire quand nous sommes devenus des adolescents agités, puis excités de jeunes révolutionnaires et même après quand nous nous sommes transformés en adultes calmes et rangés”. Pour M. Laâroussi, Abderraouf n’était ni comédien, ni comique, ni amuseur public. Il était bien plus que cela. « C’était un clown dans toute sa dimension de dérision et d’autodérision tragique. Abderraouf nous a fait pleurer de rire, mais sans se forcer et peut-être même sans le faire exprès », a-t-il déclaré.

Pour M. Laâroussi, Abderraouf n’était ni un humoriste, ni un comédien, ni un amuseur public. Il était bien plus que cela.

Une célébrité unique en son genre
Pour l’humoriste Mohamed Khayari, Abderraouf est un artiste unique en son genre et personne ne lui ressemble. Il le considère comme le maître et le « sultan » de la comédie. « Il a sacrifié toute sa vie pour l’art. Ce grand homme a été et restera un exemple pour nous. Il a travaillé avec un groupe d’acteurs et de comédiens, en l’occurrence Dassoukine, Belkass, Snoussi ou autres. J’ai de bons souvenirs de lui. Je l’ai côtoyé à Dakhla, alors que je n’avais que 26 ans. C’était le jour de l’anniversaire de l’allégeance d’Oued Eddahab. C’était la première fois que je faisais un show devant Abderraouf », se souvient-il. De son côté Massoud Bouhssine, le président du Syndicat marocain des professionnels du théâtre, a été particulièrement attristé. Il a également rendu hommage à cette icône. « La mort d’Abderraouf est une grande perte pour le Maroc. Il fait partie des figures brillantes. Il a su marquer la scène nationale et maghrébine grâce à son humour », a-t-il déclaré.

La figure de bande dessinée la plus populaire du royaume
Abderraouf s’est affirmé au fil des années comme une icône du noble art humoristique. Il a marqué la mémoire de plusieurs générations de Marocains avec son style bouffon, avec sa voix nasillarde, sa chéchia rouge, son jabador et son seroual colorés. A travers son personnage assimilé à Charlot, Abderraouf s’affirme comme le personnage comique le plus populaire du Royaume. Dans ses déclarations aux médias, le défunt avait également reconnu avoir partagé avec le personnage de Charlie Chaplin plusieurs techniques de rire basées notamment sur le mime et les grimaces, d’où le surnom de Charlot. Il s’est dit fier de ce surnom venant d’un public aimant. Notre Abderraouf aura marqué des générations de marocains et laissera à jamais une trace indélébile dans nos esprits et nos cœurs.

une anthologie d’oeuvres

Parcours : Né en 1936 à Casablanca, Abderrahim Tounsi découvre sa passion pour le théâtre lors d’une détention sous l’administration coloniale. Grâce à la télévision, il a réussi là où beaucoup d’autres ont échoué, avec son personnage (Abderraouf) à la fois burlesque et idiot. Au cours de sa longue carrière, le défunt a laissé une anthologie d’œuvres, des centaines de sketchs, d’innombrables apparitions à la télévision et deux œuvres cinématographiques, Majid (2011) et Ammi (2016). Au cours de sa carrière, un hommage lui a été rendu à l’occasion du 16e Festival international du film de Marrakech organisé en 2016.

Tags: Adieu Abderraouf lemblème lhumour marocain

PREV la fin de la remise à la pompe, un coup dur pour les automobilistes – .
NEXT une nouvelle année marquée par des bombardements à kyiv et des promesses de victoire des deux côtés – .