Qu’est-ce que le compost humain, ce procédé de décomposition désormais autorisé dans six états américains ? – .

Qu’est-ce que le compost humain, ce procédé de décomposition désormais autorisé dans six états américains ? – .
Qu’est-ce que le compost humain, ce procédé de décomposition désormais autorisé dans six états américains ? – .

L’État de New York est devenu le sixième aux États-Unis à autoriser le compostage humain. En quoi consiste cette technique de décomposition, qui rend la mort plus écologique, on vous explique.

Le compost humain est désormais autorisé dans six États américains. Depuis dimanche 1er janvier, l’État de New York rejoint les États de Washington, du Colorado, de l’Oregon, du Vermont et de la Californie. Cette alternative à l’incinération ou à l’enfouissement est présentée comme plus écologique.

Elle consiste à laisser le corps se décomposer, selon la technique du compost, au même titre que n’importe quelle matière organique. Pour réaliser le compostage, sans que la chair ne pourrisse, il faut suivre un processus bien précis, qui prend plusieurs semaines.

“Deux brouettes”

Dans un premier temps, le corps est placé dans une sorte de conteneur dans lequel sont placés des copeaux de bois, de la luzerne ou de la paille, explique BFM. La quantité de matière organique ajoutée est presque trois fois supérieure au poids du corps humain, ce qui permet de produire des centaines de kilos de compost, était-il précisé dans un article de mars 2022.

TV5 Monde a également détaillé le processus en 2019, lorsque l’État de Washington a été le premier à autoriser le processus. Une entreprise a alors expliqué qu’au bout d’environ 30 jours, la famille pouvait récupérer un compost, environ deux brouettes pour une personne, qu’il est ensuite possible de distribuer dans un jardin.

Durant cette même période, Midi Libre avait rencontré l’Héraultais Robert Morez, un militant de l’humusation. Car si en France cette alternative n’est pas autorisée, elle est plébiscitée par certains. Il nous avait expliqué la technique prônée par les défenseurs de la pratique, en France ou en Belgique.

Défenseurs de l’humusation en France

L’humusation du corps se déroule donc en plusieurs étapes. Au moment du décès, la personne ne subit pas de « traitement » : elle est transportée dans une zone adaptée, où elle est enterrée dans une petite quantité de terre, d’une trentaine de centimètres de profondeur, recouverte d’un linceul biodégradable.

A lire aussi :
Le compost humain, une alternative écologique après la mort expliquée par l’Héraultais Robert Morez

Un compost, appelé « broyat ligneux », recouvre le corps, et permet sa décomposition rapide. Après quelques mois, les tissus se sont effondrés. Les os pourront ensuite être broyés, et remis au « compost », tandis que du personnel qualifié se chargera de récupérer tous les éléments « polluants » du corps, prothèses, stimulateur cardiaque, etc…

Un procédé un peu différent de celui proposé par certaines entreprises aux Etats-Unis, qui semblent proposer des solutions plus proches du “compost bin”, mais avec un résultat similaire.

Étiquettes : humain compost décomposition processus autorisé états américains

Tags: Questce compost humain procédé décomposition désormais autorisé dans états américains

PREV 5 choses que les traders BTC devraient considérer aujourd’hui Par Investing.com – .
NEXT « Il y a des bases qui sont puissantes, qui sont mobilisées et qui sont prêtes à tout » – .