les poinçonneuses de tickets vont disparaître des gares – .

les poinçonneuses de tickets vont disparaître des gares – .
les poinçonneuses de tickets vont disparaître des gares – .

Les petites bornes jaunes sont de moins en moins utiles alors que plus de 9 tickets sur 10 sont désormais dématérialisés. Mais leur entretien coûte cher à la SNCF.

Après les tickets en carton, les plus de 3000 composteurs vont disparaître des gares françaises à partir de cette année (725 pour les TGV et Intercités, 2468 pour les TER). C’est un nouveau pan du patrimoine ferroviaire qui prend son envol…

Oranges et mécaniques dans les années 1980, elles ont été remplacées par des bornes électroniques jaunes dans les années 2000, elles faisaient partie du paysage, marquant le point de départ d’un voyage en train.

class="lozad">>
Composteur de tickets SNCF (années 1980) © DR
class="lozad">>
Composteur de tickets SNF (années 2000) © AFP

Passage obligatoire pour valider son billet avant d’embarquer, cette étape obligeait souvent le voyageur à quelques contorsions (tourner et tourner le sésame) pour obtenir le fameux ‘clac’ qui faisait office de validation. C’est vrai, ça n’a jamais marché du premier coup…

96 à 99 % des billets sont désormais numériques

Mais tamponner son billet n’a plus beaucoup de sens aujourd’hui. Premièrement, les billets d’aujourd’hui sont le plus souvent valables pour une date de voyage spécifique. Ce qui n’était pas le cas auparavant, un titre de transport était valable deux mois, ce qui rendait le compostage indispensable pour figer le moment où un usager prend son train et éviter plusieurs trajets avec le même titre de transport.

Surtout, le ticket est aujourd’hui massivement dématérialisé (le e-ticket a été lancé en 2010). « Plus de 99 % des billets TGV-Intercités sont désormais numériques. Sur les TER, seuls 4 % des billets doivent encore être tamponnés. En résumé, selon les lignes, 96 à 99 % des billets sont désormais dématérialisés » nous explique la SNCF. Quant au billet en carton, nous l’avons dit, il est également voué à disparaître.

« Nous avons donc décidé de supprimer les composteurs de nos stations car la grande majorité de nos clients n’ont plus à composter leurs tickets. Compte tenu du rythme de numérisation et d’un parc vieillissant de composteurs, le retrait de ces équipements devient une évidence. Ils représentent une charge d’entretien importante chaque année », ajoute le porte-parole.

La gestion

La SNCF met en avant une amélioration du parcours client avec “un geste client simplifié, un parcours client plus fluide, la fin des erreurs de compostage”.

Néanmoins, ce démantèlement devra être encadré, notamment avec des seniors déjà perdus face à la dématérialisation galopante. « Afin d’éviter tout malentendu ou effet de surprise, les clients seront informés de la fin du compostage. Les associations de consommateurs ont déjà été informées de ce projet” assure le porte-parole.

Dès ce mois de janvier, des autocollants seront apposés sur les composteurs ainsi que sur les distributeurs de billets pour avertir de cette nouvelle règle.

Pour les quelques clients qui ne disposent pas d’e-billet mais d’un billet papier (bordereaux papier, format IATA, etc.), lors de l’accès au train, ils doivent se présenter au skipper pour faire valider le billet. “Si le client ne se présente pas, le skipper lui rappellera la procédure lors du contrôle lors de son passage dans la voiture du voyageur” ​​prévient l’opérateur.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business

Tags: les poinçonneuses tickets vont disparaître des gares

PREV un dernier adieu au chanteur aujourd’hui en Normandie – .
NEXT “Donald Trump ne craint qu’une seule personne” – .