Trump, l’axe de l’élection

Trump, l’axe de l’élection
Trump, l’axe de l’élection

L’une des principales caractéristiques de la campagne présidentielle américaine en cours est qu’elle sera moins un référendum sur celui qui se représentera que sur la personnalité de celui qui tentera de revenir à la Maison Blanche.

Formellement, les partis n’élisent pas encore de candidats. En réalité, ils sont déjà là et beaucoup n’aiment pas ça.

Le démocrate Joe Biden, qui brigue sa réélection, aura 81 ans en novembre et est déjà le président le plus âgé de l’histoire des États-Unis.

Biden n’est pas vraiment un président populaire. Sa politique économique fait débat même si, selon les signes les plus récents, elle a déjà évité une récession, et la droite républicaine remet en question son honnêteté, tout en essayant de le lier aux scandales autour de son fils, Hunter Biden.

Et si l’on ajoute à cela les inquiétudes concernant l’âge et la santé du président, qui a connu plusieurs faux-pas et de fréquentes erreurs dans ses discours, les perspectives ne sont pas aussi bonnes que Biden et ses partisans le souhaiteraient.

Ce qui est curieux, c’est que les mêmes personnes qui accusent Biden de possibles corruption et abus de pouvoir n’hésitent pas à soutenir l’ancien président Donald Trump, qui ne s’est pas séparé de ses sociétés immobilières et fait l’objet de plusieurs poursuites judiciaires pour avoir tenté de modifier les résultats. de l’élection de 2020 et même pour ce qu’il a fait, ou n’a pas fait, lorsqu’une foule de ses partisans est entrée violemment dans le bâtiment du Capitole pour tenter d’empêcher le Congrès de certifier les élections.

La personnalité et les actions de Trump dominent le Parti républicain, au point que dans les sondages, il obtient environ 50 % d’approbation contre un maximum de 20 pour le plus proche de ses huit concurrents.

Selon CNN, Trump et Biden semblent liés en termes de perception négative. 90 % des démocrates détestent Trump, et un pourcentage similaire de républicains détestent Biden.

Les analystes politiques considèrent qu’en général, un tiers des Américains se disent républicains, un autre tiers sont démocrates et le reste sont indépendants, bien qu’avec une tendance conservatrice. Les pourcentages auraient varié, les deux partis étant en baisse et les indépendants augmentant.

Mais en même temps, des spéculations circulent sur l’impact électoral des accusations portées contre Trump. La plupart des Américains pensent que l’ancien président a commis des actes illégaux.

L’axe de la campagne de Trump semble être sur les questions parallèles de la migration, ou de « l’invasion » comme il l’appelle, du trafic de drogue et, surtout, du transfert de fentanyl, et de ce qu’il fera en tant que président pour punir ses ennemis, y compris le gouvernement. bureaucratie.

Mais on se souvient aussi que la première présidence de Trump a été très chaotique, centrée sur ses positions personnelles et sur la résurgence de l’extrême droite qu’il a favorisée.

En d’autres termes, les Américains voteront pour Trump ou contre lui.

PAR JOSÉ CARREÑO FIGUERAS

[email protected]

@CARRENOJOSE1

COPAIN

PREV Comment se préparer pour l’automne
NEXT le visage n’est pas complexe dans les conditions de risque chimique